Sélectionner une page

Des ressources clé             

 

                Les atouts de l’Afrique ne résident pas seulement dans sa population, mais aussi dans des ressources précieuses à l’échelle du monde, à l’heure où la « verdeur du monde » devient une préoccupation majeure. « À l’heure de la crise écologique globale, l’intérêt qu’a l’Afrique à prouver une trajectoire de croissance soutenable, rejoint celui de la communauté internationale. Première victime de la crise environnementale planétaire, le continent africain détient pourtant quelques-unes des clés les plus puissantes pour lever cette trappe écologique en formation… Cela confère aux nations africaines une position singulière dont elles ont beaucoup à gagner, car ce qui est rare est cher. Et l’Afrique recèle un trésor de ressources naturelles non exploitées, convoitées par d’autres en ces temps de rareté » (p.239).

                Effectivement, l’Afrique dispose aujourd’hui des réserves les plus importantes de surfaces agricoles. Or, d’ici 2050, le monde devra doubler sa production agricole pour nourrir les 9 milliards d’habitants prévus à l’époque. Si l’on ajoute toutes les innovations techniques qui peuvent s’y développer, l’agriculture africaine a un grand atout devant elle.

                L’Afrique est riche également de ses forêts à une époque où la lutte contre la propagation du gaz carbonique dans l’atmosphère est devenu un enjeu majeur. De fait, « le capital forestier de l’Afrique Centrale fait de cette région l’un des grands régulateurs du climat mondial. Riches de 220 millions d’hectares, les forêts du bassin du Congo constituent le deuxième bloc forestier tropical de la planète après l’Amazonie… La seule forêt gabonaise stockerait quatre fois plus de gaz à effets de serre que n’en produit toute la France chaque année ». Aujourd’hui, les forêts africaines souffrent d’une surexploitation destinées à répondre aux besoins immédiats des populations confrontées notamment au manque d’énergie. La déforestation procure le bois qui représente aujourd’hui 80% de la consommation d’énergie. Demain, et le mouvement a déjà commencé, des acteurs nouveaux investiraient de l’argent pour protéger les forêts. Et une gestion intelligente permettra d’harmoniser la protection et l’exploitation forestière.

                Autre enjeu : l’énergie. La croissance économique est accompagnée par une demande croissante d’énergie.

Or, déjà aujourd’hui, l’Afrique connaît un état de crise énergétique permanente : deux pays africains sur trois font face à un déficit chronique d’électricité.

Quelle politique l’Afrique va-t-elle adopter pour répondre à des besoins énergétiques croissants ? « Lier son avenir énergétique à des ressources de plus en plus chères et en voie de disparition ou l’ancrer à des énergies inépuisables ». Et ces énergies inépuisables existent en Afrique. « L’Afrique dispose d’un potentiel énergétique bon marché et peu polluant, dont l’exploitation constituera l’un des passages obligés de la révolution énergétique mondiale » (p.247). Ici, on peut citer un immense potentiel en énergie solaire, en hydroélectricité, en géothermie… De même, on peut s’interroger, avec les auteurs, sur les choix qui seront adoptés dans le développement urbain. On sait aujourd’hui qu’il ne faut pas répéter les erreurs d’hier.

 

Changements politiques.

 

                Jusqu’ici, à partir de ce livre, nous avons présenté les grands enjeux et les grandes tendances. Jean-Michel Severino et Olivier Ray entrent également dans une analyse des trajectoires des états, c’est à dire une grande diversité de contextes, d’histoires et de comportements. Ils nous disent par exemple quels sont les pays africains actuellement les plus dynamiques économiquement, et les rapports entre gestion  politique et développement économique. Et, de même, ils nous apportent un éclairage nouveau sur les processus à l’œuvre dans les désastres et les grandes fragilités. Ces analyses remettent en cause beaucoup d’idées préconçues, aujourd’hui largement répandues. Là aussi, parce qu’ils nous apportent une compréhension nuancée de problèmes complexes, ce livre est vraiment une ressource indispensable pour tous les amis de l’Afrique.

                De la même façon, on trouvera dans cet ouvrage une information  de première main sur la manière dont l’Afrique prend place aujourd’hui sur la scène mondiale et s’inscrit dans le jeu mouvant des relations internationales. Aux relations traditionnelles avec les anciennes métropoles européennes, viennent s’ajouter ou se substituer des relations actives avec de nouveaux partenaires : la Chine, l’Inde,  le Brésil, les Etats-Unis.

 

 

Share This