Recherche innovation

Culture Société

Actualités

Galeries

Vie Spiritualité

Qui sommes nous ?
Sélectionner une page

Sentiers de foi est un site internet québécois, chrétien autonome, qui fédère des personnes qui « font état de « sentiers de foi », pratiques individuelles et collectives dans lesquelles et par lesquelles des individus font une expérience humaine, spirituelle qui porte une référence explicite à Jésus Christ ». Très actif, ce site fédère non seulement des personnes, mais aussi des groupes et des réseaux. A travers la communication internet, Sentiers de foi manifeste ainsi une expression chrétienne émergente.

Une expression chrétienne émergente

 Sentiers de foi : un site québécois.

En temps de crise, nous assistons à des évolutions en terme de décomposition et de recomposition. C’est ce qui advient aussi dans le champ religieux.

         Les analyses développées par la sociologue, Danièle Hervieu-Léger, dans son livre : « Le pèlerin et le converti » (1) sont aujourd’hui tout aussi éclairantes qu’au moment de la parution de l’ouvrage en 1999. A la même époque, dans une interview accordée à Témoins (2), Danièle Hervieu-Léger explique pourquoi et en quoi les propositions traditionnelles des grandes églises historiques se sont trouvées en porte à faux par rapport à l’évolution des mentalités. « A partir des années 70, on a découvert que la crise des pratiques classiques devait être considérée dans une toute autre perspective que celle d’une incompatibilité (présumée) entre la religion et la modernité… Le fait nouveau, c’est que les grandes églises ne sont pas en mesure de fournir des canaux, des dispositifs organisateurs des croyances. Aujourd’hui l’idée même que des institutions prescrivent, en quelque sorte de l’extérieur, des grands codes de sens aux individus, est de moins en moins supportée dans une société comme la nôtre. Les croyances se développent désormais sur un mode extraordinairement individualiste et subjectif. Elles accompagnent le processus d’affirmation de l’individu. Fondamentalement, ce qui est jugé important, c’est l’engagement personnel du croyant, c’est la manière dont il met en oeuvre une quête de sens personnelle, c’est l’authenticité de sa recherche spirituelle. L’idée d’une conformité obligatoire à des vérités à croire qui seraient prescrites par les grandes institutions apparaît de plus en plus inacceptable ».

Danièle Hervieu-Léger met en évidence le fait central de l’autonomie croyante. Ses travaux nous permettent de mieux comprendre les processus nouveaux à travers lesquels s’effectue la recherche d’un sens pour la vie.

         Ainsi sommes-nous appelés à observer les pratiques nouvelles, les initiatives innovantes. A cet égard, le site québécois : « Sentiers de foi » mérite une attention toute particulière. On sait comment l’évolution religieuse au Québec a été marquée par la « Révolution tranquille » survenue au début des années 60. L’emprise de l’institution catholique sur la société  s’est alors effondrée. Très rapidement, on est entrée dans une situation nouvelle, celle d’une post-chrétienté (3). Mais si la rapidité de cette évolution au Québec a été spectaculaire, on peut constater un mouvement analogue dans le monde occidental. Le recul des églises traditionnelles s’accompagne de l’ouverture d’un champ nouveau dans lequel les personnes sont engagées dans une quête de sens sur une route jusque là peu fréquentée.

         Dans une approche prospective, on peut s’interroger sur la capacité actuelle des institutions à innover d’une façon significative pour répondre aux aspirations et aux requêtes des gens d’aujourd’hui. Dans ce cas, sur le chemin de l’avenir, on peut imaginer que d’autres propositions sont en gestation dans l’espace nouveau ouvert par le reflux des pratiques traditionnelles. L’Esprit de Dieu est à l’œuvre dans ce qui se crée et émerge.

         Nous avons découvert le site : « Sentiers de foi » à la suite d’une conversation téléphonique avec un ami de Témoins qui était en train de lire un livre intitulé : « Faire église autrement » (4). Nous avons cherché sur internet les cordonnées de cet ouvrage et nous y avons découvert à la fois l’origine québécoise de ce livre et une analyse de celui-ci sur le site québécois : « Sentiers de foi ». L’auteur de cette recension, Michel M Campbell est bien au fait de la problématique de l’Eglise émergente qui, on le sait, est suivie par Témoins depuis plusieurs années. Ainsi écrit-il, en conclusion de son analyse : « Faire église autrement peut être vécue comme un laboratoire d’une autre manière de faire société plutôt que comme enfermement dans un ghetto religieux loin du monde réel, où l’Esprit est à l’œuvre (Ap 2.7) à travers les signes des temps » (5).  Des convergences se dessinent ainsi à travers la Toile.

          Le site : « Sentiers de foi » en explorant le champ nouveau dans lequel apparaissent « des pratiques individuelles ou collectives, dans lesquelles et par lesquelles des individus font une expérience humaine, spirituelle qui portent une référence explicite à Jésus-Christ » révèle ainsi une réalité nouvelle. « Les « sentiers de foi » sont marqués par une autonomie plus ou moins radicale devant les institutions ecclésiales traditionnelles officielles. Ce sont des lieux d’innovation dans la mesure où l’héritage culturel et religieux s’y trouve questionné, réinterprété et réinventé. Ils sont alternatifs puisqu’ils ont été créés pour répondre à des aspirations laissées orphelines dans le contexte actuel. Leur désir d’exploration de nouvelles avenues d’inscription de la foi chrétienne dans la culture contemporaine donne à ces itinéraires un caractère inédit. Un sentier de foi, c’est donc un itinéraire individuel, une initiative collective, un groupe, une organisation qui sous différentes formes et dans différents contextes, rencontrent ces caractéristiques ».

         A travers internet, l’association « Sentiers de foi », « chrétienne autonome » pour réaliser sa mission fédératrice, nous révèle un champ nouveau dans lequel des « sentiers de foi » apparaissent. A travers son « webzine », facilement accessible, à la parution fréquente, l’association permet l’expression de ces sentiers de foi, un partage des expériences , en même temps qu’elle leur apporte des ressources. En visitant le site, en parcourant les numéros du « webzine », on découvre combien cette initiative est une œuvre collective qui est soutenue et portée par des forces substantielles.  En consultant le « bottin », on peut y découvrir environ 70  parcours collectifs associés à cette initiative : groupes, réseaux, organismes. Les profils sont très variés. Ainsi les finalités peuvent être sociales, artistiques, religieuses, spirituelles, thérapeutiques… Les participants proviennent de toute une gamme de milieux : groupes indépendants, organismes  spécialisés, communautés catholiques ouvertes, parfois des expressions en provenance d’autres dénominations chrétiennes.

         Aussi bien par son approche que par son objet, « Sentiers de foi » peut être considéré comme une expression chrétienne émergente. C’est une innovation importante dans le champ francophone. Nous allons voir maintenant, à travers les textes par lesquels elle se définit, la genèse de cette initiative, son évolution et ses activités.

L’organisme Sentiers de foi.

 « Sentiers de foi (SDF) est une corporation sans but lucratif, chrétienne autonome, officiellement reconnue comme organisme de charité… Sentiers de foi est l’éditeur du webzine (journal Web) Sentiersdefoi.info.

 

Ses origines (1984-2001)

Fondé en 1984 par le père Irénée Beaubien, jésuite, Sentiers de foi (SdF) est depuis ses débuts préoccupé par les quêtes spirituelles des femmes et des hommes d’aujourd’hui qui se trouvaient à une certaine distance par rapport aux institutions et à la pratique ecclésiales. Pour ces gens qui inventent leur propre chemin, d’où la métaphore du « sentier », l’organisme propose alors des services d’écoute et d’accompagnement. L’intervention est alors axée sur les individus par le moyen de rencontres personnelles. Les investissements économiques et professionnels qu’exigent de telles pratiques amènent l’assemblée générale à reconsidérer la stratégie d’intervention, d’autant plus que la conjoncture spirituelle évolue rapidement.

  La sécularisation, la baisse considérable de la pratique traditionnelle et un désintérêt massif quant à la chose religieuse multiplient à l’infini les profils individuels. Néanmoins, on voit surgir un ensemble de groupes et d’individus qui continuent de se référer à Jésus Christ sans s’inscrire dans les cadres institutionnels, ou même parfois sans être reconnus par eux. Enfin, ces groupes ou ces individus qui se sentent plus ou moins appuyés par leurs milieux confessionnels découvrent souvent des complicités avec des homologues d’autres confessions. Pour eux, les frontières institutionnelles s’estompent…

Son actualisation (2001-2005)

SDF prend alors un temps de réflexion avant de réorienter son action. Peut-on recenser ces différents groupes ou individus, ces « sentiers de foi » en marge de l’autoroute ? Y a-t-il un moyen de les fédérer ou, à tout le moins, de leur permettre de se rencontrer ? L’organisme choisit alors de rédiger une « plateforme » qui permet de faire connaître ces différentes pratiques, de présenter une image de leur spiritualité et d’essayer de comprendre, et si possible d’interpréter théologiquement, l’écart qui les sépare de la majorité ou de l’institution. Un compte-rendu de cette démarche se trouve dans la plateforme d’orientation qui est lancée en 2003. Peu de temps après surgit l’idée de créer un journal qui saurait reconnaître et faire connaître ces « sentiers de foi ».

Qu’est-ce qu’un « sentier de foi »?

 Nous entendons par « sentiers de foi » des pratiques, individuelles ou collectives, dans lesquels et par lesquels des individus font une expérience humaine, spirituelle qui porte une référence explicite à Jésus Christ. Ces sentiers sont marqués par une autonomie plus ou moins radicale devant les organisations ecclésiales institutionnelles officielles. Ce sont des lieux d’innovation dans la mesure où l’héritage culturel et religieux s’y trouve questionné, réinterprété et réinventé. Ils sont alternatifs puisqu’ils ont été créés pour répondre à des aspirations laissées orphelines dans le contexte actuel. Leur désir d’exploration de nouvelles avenues d’inscription de la foi chrétienne dans la culture contemporaine donne à ces itinéraires un caractère inédit. Un sentier de foi, c’est donc un itinéraire individuel, une initiative collective, un groupe, une organisation qui, sous différentes formes et dans différents contextes, rencontrent ces caractéristiques. Compte tenu du nombre de parutions, nous nous limitons essentiellement à rendre compte de sentiers de foi pratiqués au Québec.

 

Le webzine : Sentiers de foi.info

Son slogan

« Un monde en évolution. La foi en mouvement. » Tel est le slogan du webzine Sentiersdefoi.info, qui se veut à l’affût des préoccupations de notre monde actuel et souhaite rendre compte du dynamisme de la foi chrétienne, interpellée par les enjeux d’aujourd’hui.

Sa mission

Le webzine Sentiersdefoi.info est une publication de Sentiers de foi, organisme chrétien autonome qui a pour visée d’ouvrir un espace favorisant la connaissance, la reconnaissance et la collaboration des sentiers de foi au Québec, dans une perspective œcuménique inscrite dans le pluralisme actuel.

Sa création (2005)

Après plus mois de préparation et de réflexion, le premier numéro du webzine paraît le 12 octobre 2005. Il est publié toutes les 3 semaines, de septembre à juin chaque année (d’abord 16, puis maintenant 14 numéros par année)…

Sa forme

À l’ère des communications numériques et du souci écologique, des choix importants se feront quant à la forme que prendra le webzine :

     Il sera publié uniquement sur le Web, en format pdf, donc facile à télécharger. La présence sur la Toile sera un lieu idéal pour permettre la rencontre des différentes pratiques situées à la grandeur du Québec et une large diffusion du webzine.

     De ce fait, sa conception occasionnera un minimum de frais (pas de papier ni de coûts d’impression), et il sera entièrement écologique.

     Il contiendra des textes courts, à l’image de la culture Web, pour assurer une lecture rapide à l’heure de la multiplication des voies de communication

 

Son contenu

 Le contenu de chaque numéro se répartira en 5 rubriques :

     Itinéraire, qui présente des pratiques de foi, individuelles ou collectives, novatrices, marginales ou inédites;

     Intériorité, qui propose un texte réflexif, une prière, une méditation, une œuvre artistique ou symbolique en lien avec la pratique présentée;

     Perspectives, qui offre une réflexion plus théologique sur la pratique présentée et développe la position éditoriale du webzine;

     Actualités, qui rend compte de nouvelles ou d’activités en lien avec nos préoccupations;

     Ressources, qui présente livres, sites Web ou activités en lien avec nos préoccupations.

Son évolution (2005 à ce jour)

En septembre 2007, un nouveau rédacteur assure la relève : Gérard Laverdure. À l’heure actuelle, après 7 années d’existence, le comité de rédaction a fait appel à plus de 80 collaborateurs occasionnels pour la rédaction d’articles. Le 15 février 2012, le webzine publiait son 100e numéro. Il compte alors plus de 1200 abonnés. Le 19 septembre 2012, le nouveau site Web du webzine est lancé : ses articles sont maintenant publiés en ligne en format html, et aussi toujours en format pdf. Ce nouveau site Web permet une meilleure interaction du webzine avec ses lecteurs et lectrices qui peuvent maintenant réagir aux contenus du journal et apporter leur contribution aux réflexions proposées. De plus, le site inclut désormais un bottin des organismes et individus déjà présentés dans nos pages, un moteur de recherche efficace et plusieurs autres applications qui permettent maintenant de retracer rapidement tous les articles parus depuis les origines du webzine par mot-clé, auteur, date de parution, sujet, etc.

 

Sa pertinence

 

Sentiersdefoi.info veut manifester à tous, croyants ou non, la liberté et la variété des pratiques de foi qui se réfèrent à Jésus le Christ, diversité qui n’apparaît pas toujours dans le discours ambiant. Le webzine peut représenter un outil d’animation pertinent pour alimenter la réflexion des chrétiens et chrétiennes d’aujourd’hui. On peut utiliser ses intériorités pour alimenter la prière, par exemple, et recourir aux itinéraires et aux perspectives pour nourrir une réflexion autour d’un enjeu particulier. Son contenu, selon les nombreux commentaires reçus des lecteurs et lectrices, consolide les pratiques inédites et prophétiques de plusieurs parmi eux et les habilite à sortir des sentiers battus pour penser et vivre autrement, loin de la pensée unique, à titre d’enfants de Dieu et d’adultes dans la foi pleinement responsables et libres de leurs acte. »

 

Un nouvel espace pour une expression chrétienne émergente.

 « Sentiers de Foi », « Témoins », deux parcours différents dans une commune direction. Notant les différences comme les ressemblances, la complémentarité apparaît. Peu à peu, le développement de la communication, en particulier sous sa forme internet, permet de surmonter les préventions et les ignorances et favorise la mise en œuvre des convergences. Les ressources de chacun peuvent être partagées et mieux diffusées.

         Cette rencontre  avec « Sentiers de foi », n’est pas seulement une opportunité pour un partage. Elle nous interroge. En effet, « Sentiers de foi » nous apprend combien la communication internet peut aujourd’hui nous permettre d’entrer dans le champ nouveau ouvert par le reflux des institutions religieuses, un champ ou les aspirations spirituelles grandissent et où nous pouvons discerner l’œuvre de l’Esprit. Lorsque telle ou telle institution religieuse regarde vers le passé et se replie sur elle-même, elle ne peut plus aujourd’hui enfermer ceux qui évoluent en son sein. Aujourd’hui, nous vivons à l’heure de l’autonomie croyante. S’il y a quelque part déclin, ailleurs on peut observer montée et croissance. On peut situer les expressions chrétiennes émergentes dans cette perspective. Ainsi nous pouvons beaucoup apprendre de la dynamique de « Sentiers de foi » (6).

 

Jean Hassenforder

Notes

 (1)                  Hervieu-Léger (Danièle). Le pèlerin et le converti. Flammarion, 1999 (maintenant en livre de poche)

(2)            Interview de Danièle Hervieu-Léger. « L’autonomie croyante. Questions pour les églises ». ** Voir sur le site de Témoins ** .

(3)            « Faire église en post-Chrétienté ». ** Voir sur le site de Témoins **  

(4)            Goudreault (Pierre). Faire église autrement. Montréal, Novalis, 2006.

(5)     Campbell M (Michel). De nouvelles églises ou faire église autrement. ** Voir Sur le site : Sentiers de foi **

(6)            ** Voir le site : Sentiers de foi **