Sélectionner une page

 

L’implosion démocratique

 

 Comment trouver de nouveaux chemins dans un paysage social, économique et politique qui a complètement changé dans les dernières décennies ? Sociologue, Jean Viard a publié des livres éclairants (1). Aujourd’hui, il publie un nouvel ouvrage: » l’implosion démocratique ». Dans ce temps de crise, l’ interview de Jean Viard à France Culture nous parait un éclairage indispensable. Nous sommes aujourd’hui dans “une société en transformation extrêmement rapide qui sort de ses cadres”, une “société des individus”, une société qui vit une crise de sens, une “crise des communs”.. Jean Viard nous aide à découvrir ce nouveau paysage. Il reste ensuite à trouver de nouveaux chemins. Les propositions sont nécessairement nombreuses et possiblement contestables

  1. « Une société si vivante. Une France en changement » : https://www.temoins.com/une-societe-si-vivante-une-france-en-changement-selon-jean-viard/ « vers une société des modes de vie » » : https://www.temoins.com/vers-une-l-societe-des-modes-de-vie-r/

Jean Viard, sociologue, directeur de recherche associé au Cevipof/CNRS invité à France Culture à l’occasion de la parution de son nouveau livre : « L’implosion démocratique » :

 

reveue-de-presse-temoins-04-19grand-debat

 

 

 

Le mal clérical

 

Paru dans la revue Études, revue de culture générale de qualité animée par la communauté jésuite, cet article est un constat sérieux et un indicateur de prise de conscience de la crise actuelle du catholicisme.

Le mal clérical
François Euvé et Nathalie Sarthou-Lajus
Etudes avril 2019

Extrait :
“Il ne s’agit pas seulement d’affaires isolées, de phénomènes localisés, de brebis galeuses contre lesquelles des mesures doivent être prises, mais d’une crise systémique qui remet en question la manière de fonctionner d’une institution, en contradiction avec le message dont elle se dit porteuse. Cette contradiction est flagrante avec l’attitude de Jésus, telle que les évangiles la décrivent et que confirment les travaux des historiens [1][1]Lire, dans ce numéro, l’article « Écrire une Vie de Jésus…. C’est la crédibilité de la parole de l’Église qui est en jeu”.

 

temoins-revue-presse-04-19-le-mal-clerical

 

 

« L’Europe a une  âme » 

 

par Jean-Paul Willaime

« L’Europe est un foyer civilisationnel à mieux faire connaître et aimer ».

Jean-Paul Willaime, sociologue des religions, a beaucoup travaillé sur l’Europe et nous trouvons des traces de ce travail sur le site de Témoins : « Les rapports entre le religieux et le politique » : https://www.temoins.com/les-rapports-entre-le-politique-et-le-religieux/

Réforme, hebdomadaire protestant d’actualité.  Le 3 avril 2019

temoins-revue-presse-04-19-leurope-a-une-ame

 

 

 

 

Les affres du Vatican

 

France Culture. Emissions Affaires étrangères de Christine Ockrent

Avec :
Danièle Hervieu-Léger, sociologue, directrice d’études à l’EHESS
Constance Colonna-Cesari, journaliste spécialiste du Vatican.
Frédéric Martel, écrivain et journaliste, auteur du livre « Sodoma »
Mario Politi, journaliste, auteur de « François parmi les loups ».

 

reveue-de-presse-temoins-04-19-les-affres-du-vatian

 

 

« L’Eglise catholique vacille sous les scandales sexuels, les affaires de pédophilie, les procès… Pourquoi les affaires de mœurs si longtemps enfouies sous la robe ont-elle pris une telle ampleur ? L’Eglise peut-elle rejoindre son temps ? Que peut le pape ? »

Dans cet échange, comme sociologue, Danièle Hervieu Léger situe les problèmes dans la durée historique et dans la place qu’ils occupent dans un système . C’est un éclairage indispensable comme nous avons appris à le reconnaître sur le site de Témoins.

« La question de la pédo-criminalité d’un côté, et puis de l’autre côté, l’explosion médiatique et politique qu’a provoquée la publication du livre de Frédéric Martel Sodoma, révèlent au grand jour deux points : premièrement une culture du secret, une volonté de protéger l’institution. Cette culture est destinée avant tout à préserver un système de pouvoir, qui est gagé sur la figure du prêtre. Et l’autre point de convergence, c’est que les deux questions touchent à des problèmes engageant la sexualité. De ce point de vue là, le désarroi des fidèles a commencé bien en amont, au moment où a été publiée en 1968, l’Encyclique Humanae vitae, au moment où s”est accentué de façon gravissime un décalage entre une culture qui fait entrer la parité, la liberté sexuelle, tout ce qui participe de l’autonomie individuelle, et un discours de l’église qui continue de verrouiller ».

 

 

Jean-Paul Willaime, sociologue des religions : un itinéraire de recherche

 

Si Jean-Paul Willaime est une sure référence pour la connaissance du protestantisme français, cette compétence se manifeste dans un parcours qui l’inscrit parmi les meilleurs sociologues des religions en France. On se pressera donc pour lire son itinéraire de recherche, écrit en entretien avec un collègue canadien, E –Martin Meunier et publié, en avril 2019, sous le titre : « La guerre des dieux n’aura pas lieu ».

 

reveue-de-presse-temoins-04-19-la-guerre-des-dieux-naura-pas-lieu

 

 

Collègue de Danièle Hervieu-Léger, très présente sur ce site (notamment sur cette livraison), la recherche de Jean-Paul Willaime débouche sur un constat analogue au sien. « Si on a pu penser que plus de modernité signifiait moins de religieux, il s’avère aujourd’hui que la radicalisation même de la modernité signifie non pas moins de religieux, mais du religieux autrement »

Une interview de l’auteur dans Réforme (18 avril 2019) nous rapporte son analyse de l’évolution contemporaine du religieux en France et dans le monde. Aujourd’hui, « ce n’est plus l’alternative : moderne ou religieux,  mais la conjonction : moderne et religieux. C’est un profond réaménagement du religieux qui est en cause ». Face à la violence secrétée actuellement par les extrémismes religieux, Jean-Paul Willaime nous en montre les ressorts. Alors que le dialogue interreligieux se développe, ces extrémisme traduisent une réaction forcenée à l’encontre d’un processus de sécularisation, qui, plus ou moins vite, s’étend dans le monde. « La virulence des fondamentalismes prouve à contrario que des évolutions libérales sont à l’œuvre. C’est en ce sens que j’affirme que la guerre des dieux n’aura pas lieu ». Cette analyse rejoint celle de Raphaël Liogier dans son livre : « La guerre des civilisations n’aura pas lieu » : « Tendances  de fond dans un monde globalisé » : https://www.temoins.com/tendances-de-fond-monde-globalise/

Dans cet ouvrage, Jean-Paul Willaime nous apporte à la fois une expertise et un témoignage. Nous y reviendrons.

 

 

L’incendie de Notre-Dame

 

Le 22 avril 2019, Patrick Boucheron, invité du Grand Entretien de France Inter

Comment un  grand historien français, ouvert aux grands horizons de l’Europe et de l’international, envisage l’émotion collective suscitée par l’incendie de Notre-Dame. Pour comprendre cette émotion, il faut entendre l’histoire de la cathédrale dans sa durée et dans toutes ses dimensions. Cette émotion  témoigne des différentes composantes du sentiment national. Le catholicisme est un registre de son expression. Si le religieux se retire de plus en plus actuellement en tant que pratique institutionnelle, il demeure une réalité sensible dans la mémoire collective. Comme le remarque Patrick Boucheron, le Panthéon n’a pas remplacé Notre-Dame.

 

 

reveue-de-presse-temoins-04-19-patrick-boucheron

 

 

Hervé le Bras : Les français sont, parmi les européens, la population la plus pessimiste

Interview d’Hervé Le Bras au Grand Entretien de France Inter,
le 23 avril 2019

 

reveue-de-presse-temoins-04-19-herve-lebras

 

Hervé Le Bras, un des meilleurs démographes français, vient de publier un livre: “Se sentir mal dans une société qui va bien“. Il montre que les français sont en moyenne beaucoup plus négatifs et pessimistes que la plupart des autres européens alors que la situation sociale en France est généralement meilleure. Il aide à mieux comprendre la crise actuelle en France. Le problème le plus pressant à traiter, c’est essentiellement le blocage de l’ascenseur social. Ce livre interpelle. Pourquoi ce manque de confiance vis à vis de l’avenir commun? De fait, ces sentiments négatifs ont déjà été mis en évidence par Yann Algan dans son livre: “la fabrique de ladéfiance”:http://vivreetesperer.com/promouvoir-la-confiance-dans-une-societe-de-defiance/ On peut se demander si cette attitude pessimiste ne s’enracine pas dans une culture. On relira à cet égard les livres d’Alain Peyrefitte: “le mal français” et la “société de confiance”. La crise actuelle

appelle à la fois un éclairage des sciences sociales et une réponse en terme de sens. Ce livre aide à dissiper de fausses interprétations et à identifier les vrais problèmes. Ici, à Témoins, nous nous interrogeons sur les problèmes de sens . N’y a-t-il pas un lien entre le pessimisme collectif et une vision du monde ? Nous partageons une vision du monde éclairée par l’espérance.

 

 

Denis Pelletier: la crise de l’Eglise fait ressortir un pluralisme des catholiques en France.

 

reveue-de-presse-temoins-04-19-denis-pelletier

 

Invité à France Culture, samedi 20 avril, à l’émission, « l’invité actu », Denis Pelletier est un des historiens les plus éclairants du catholicisme français. Son livre: “La crise catholique” est un livre de base sur les bouleversements qui interviennent dans la catholicisme français durant “les années 68″(1).  C’est aussi un historien du “catholicisme de gauche”. Denis Pelletier est interviewé ici sur la signification qu’il attribue à l’émotion collective après l’incendie de Notre-Dame. Mais on l’interroge également sur les tendances actuelles dans le catholicisme français. C’est la part du “catholicisme patrimonial” et la (ré)apparition d’un catholicisme de réforme qui se développe à la base en réaction contre les dysfonctionnements et les scandales associés au fonctionnement hiérarchique.

  1. Le grand tournant : https://www.temoins.com/la-crise-catholique-religion-societe-politique-en-france/

 

« Cette génération de jeunes ressent de plus en plus la finitude du monde

Sentiment de ne pas être en adéquation avec ses valeurs, désir d’éthique, tentation de prendre des chemins de vie alternatifs… l’inquiétude sur le climat se lie de plus en plus, chez les étudiants et les jeunes diplômés, à une remise en cause du système économique, explique la sociologue Cécile Van de Velde….. »
Propos recueillis par Marine Muller. Le Monde 19 avril 2019

Une prise de conscience… une interpellation

 

reveue-de-presse-temoins-04-19-le-monde

 

Share This