EDITO

Semence

Ne sommes-nous pas assourdis par le vacarme actuel ? Échos de guerres et de massacres, menaces de bouleversement climatique, égarements porteurs d’angoisse et de violence. Certains se réfugient dans des idéologies apparemment sécurisantes, mais destructrices. Dans ce tohu-bohu, on a besoin de veilleurs, on a besoin de sentinelles. Alors, il est bon d’entendre proclamer, avec « Laudate Deum », qu’il nous faut protéger l’habitabilité de notre demeure terrestre ou encore entendre une voix qui appelle à la paix et à l’hospitalité face à la Méditerranée.

Cependant, cette recension nous permet de découvrir qu’il ne faut pas s’arrêter à l’immédiat. Non seulement en Christ ressuscité, nous pouvons regarder vers le futur dans l’espérance, mais nous pouvons également percevoir un avenir qui se construit dans un temps long. Ainsi, nous découvrons ici comment la communauté de Taizé a grandi depuis la fin de la dernière guerre à partir de la vision de frère Roger. Répondant aux aspirations spirituelles en terme de contemplation et de fraternisation, Taizé est devenu, en quelques décennies, « un village monde ». Pendant la même période, le « groupe des Dombes » a grandi et prospéré sur un autre registre, celui de la recherche œcuménique. La vision œcuménique elle-même se répand.

Si le goût et le sens de l’Évangile traversent le temps, en connaissant un renouvellement à travers réveils et réformes, il s’est aussi épuisé dans de pesantes institutions hiérarchiques. La sève a néanmoins pu se manifester au concile Vatican II et aujourd’hui, après un accès de rigidité, le mouvement reprend en profondeur à travers le synode suscité par le pape François. On sait l’écart croissant entre des mentalités en changement et des Églises routinières. Cependant Témoins a pu rendre compte du mouvement d’innovation qui s’est développé dans les récentes décennies en particulier dans la forme d’une Église émergente. Aujourd’hui, on aperçoit dans ce synode de l’Église catholique la manière dont elle pourrait se transformer à travers une culture de dialogue. Et puis, comme on le sait, il y a des visions pionnières, parfois plus ou moins rejetées dans l’immédiat. Ce fut le cas durant la vie de Pierre Teilhard de Chardin. Dans un temps long, elle est devenue un éclairage reconnu et indispensable.

Il y a donc des semences qui croissent avec le temps. Nous pouvons écouter ici la parole de Jésus dans l’Évangile de Marc : « Il en est du Royaume de Dieu comme quand un homme jette de la semence en terre ; qu’il dorme ou qu’il veille, nuit et jour, la semence germe sans qu’il sache comment. La terre produit d’elle-même l’herbe, puis l’épi, puis le grain tout formé dans l’épi… » (Marc 4.28-29). Avec nous et en nous, L’Esprit est à l’œuvre. Ensemble, nous sommes appelés à discerner « les signes des temps ».

La rédaction

lire plus

Appelés à voir en avant

Dans ce monde en plein bouleversement, nous sommes saisis par les cris des victimes d’une fureur guerrière, inquiets face à l’ampleur des dégâts que l’humanité a provoqués dans les équilibres naturels, déconcertés par un manque croissant de repères. En d’autres temps, bien d’autre maux ont affligé l’humanité. Et c‘est pourquoi les visions d’espérance qui sont apparues alors, continuent à nous éclairer aujourd’hui.

Ainsi le message biblique s’adresse à nous aujourd’hui avec une particulière pertinence. Nous sommes appelés à prendre conscience du rapport entre nos actes et leurs effets et à écouter l’inspiration divine pour changer nos comportements et entrer dans une dynamique d’espérance. Appelés à regarder autrement, à regarder en avant.

Regarder autrement, c’est aussi ne pas être fascinés par le mal, mais reconnaitre l’œuvre incessante de création et de libération de notre Dieu, communion d’amour et puissance de vie. L’humanité est appelée à participer à cette œuvre. Cet appel s’adresse tout particulièrement aux chrétiens dans la foi en Christ mort et ressuscité, en Christ libérateur et en l’inspiration de l’Esprit.

Aujourd’hui, dans la prise de conscience écologique comme dans la globalisation du monde, notre horizon s’élargit. Nous ne sommes pas seulement citoyens des cieux, nous sommes aussi citoyens de la terre. Dans une récente rencontre de Témoins, nous avons évoqué une nouvelle devise : « Pour une expression citoyenne de la foi. ».

La vie de Pascal Colin, fondateur de Témoins, mais aussi acteur social et élu local, est marquée, entre autres, par un engagement citoyen. Rédacteur de « l’édito » de Témoins pendant des années, il reprend aujourd’hui une participation que nous accueillons avec reconnaissance. Et il nous fait part d’évènements citoyens dans le regard d’« un ailleurs qui nous dépasse ».

De même, dans un monde où nous sommes de plus en plus reliés et ou l’ancien vocable militant « citoyen du monde » peut à nouveau être entendu, on mesure les désastres engendrés par la peur de l’autre, l’égoïsme des privilégiés et la volonté de puissance de pouvoirs guerriers. Il est important que Guy Aurenche, bien au fait des ces réalités à travers les responsabilités associatives qu’il a exercées, vienne nous rappeler l’importance du respect et de l’accueil de l’étranger. C’est un thème éminemment biblique. A l’heure où des populations souffrent de la violence des armes, à l’instar d’une militance pour la paix, l’accueil de l’étranger est une exigence pour les hommes de bonne volonté.

Dans un monde en mutation, et disent certains, en métamorphose, on ne peut demeurer immobile. Or, en regard, on constate l’intensité des replis identitaires ou la puissance des immobilismes. Dans ce contexte, nous sommes appelés plus que jamais à l’innovation. Cette innovation est nécessaire dans tous les domaines. Elle est indispensable dans des Églises souvent engoncées dans leurs traditions et en complet déphasage par rapport à la société et à la culture ambiante. C’est pourquoi, dès sa création, Témoins s’est engagée dans une recherche sur l’évolution culturelle et une promotion de l’innovation par la recherche et par la diffusion de l’information. Nous avons fait connaitre les avancées de l’Église émergente.

lire plus

Bon été !

Après les orages qui se sont succédés au cours de ces dernières années, conscients des menaces qui subsistent, nous savons que la responsabilité humaine est grandement engagée.
Nous ne pouvons plus continuer à vivre comme d’ordinaire. Alors nous attendons de cette pause de l’été qu’elle soit non seulement bienfaisante, mais éclairante.
C’est un appel à la prière, à la méditation, à la compréhension. Et comme tout se tient, c’est nous vouloir en relation, en fraternité.

Cette News de Témoins veut contribuer à notre ressourcement. Ici, les ressources sont diverses en puisant notamment dans les apports étrangers comme la contribution de Pierre Lebel sur l’approche spirituelle de Richard Rohr. Le désir de comprendre pour mieux nous comporter et mieux agir est partout présent, aussi bien pour analyser les évolutions en cours dans les mentalités religieuses que pour envisager les ressorts du changement social. Nous poursuivons la mise en évidence des initiatives libératrices, ici le mouvement entrepris pour développer la médiation en Centre Afrique.

Cependant, cette News n’est qu’un apport ponctuel. Aussi, nous vous invitons à visiter et à revisiter le site de Témoins lui-même, car vous y trouverez des articles qui, pour  une bonne part, sont à même d’éclairer les questions actuelles.

Que ces vacances d’été nous réjouissent, nous apaisent et nous élèvent. Et qu’il puisse y grandir le désir d’une conversation commune telle que nous souhaitons la voir se développer à Témoins.

L’équipe de rédaction

lire plus

Une veille dans la durée

A nouveau, voici quelques faits marquants dans la vie chrétienne à travers le monde, à travers les dénominations, et dans les domaines les plus variés de l’existence. Ce parcours a des limites, notamment parce qu’il s’appuie uniquement sur des documents directement accessibles par internet. Nous remercions les médias qui permettent cette opportunité et que le lecteur reconnaitra. L’équipe de Témoins réalise ce travail depuis quatre ans. Et sur ce site, vous avez accès à l’ensemble de ces revues, panorama de presse et de média depuis trois ans : septembre 2020 : https://www.temoins.com/revues-de-presse/

Or, ce travail présente une autre caractéristique. Chaque fait marquant, chaque événement n’apparaît pas seulement à travers un document correspondant ; la note jointe essaie de situer le contexte et elle renvoie éventuellement aux articles de Témoins déjà parus sur le sujet. Ainsi, chaque notice présente succinctement un univers. Il nous paraît que la lecture rétrospective de ces livraisons peut ainsi être non seulement fructueuse, mais aussi aisée et agréable. Chers amis de Témoins, merci de nous rapporter l’usage que vous faites de ces revues de presse et ce qu’elles vous apportent. Dans cette veille, nous cherchons à reconnaître l’œuvre de Dieu. Merci de nous accompagner dans votre lecture et dans votre prière. Et merci de faire connaître cette recherche autour de vous.

La rédaction

lire plus

En veille

Ne sommes-nous pas appelés à observer ce qui bouge dans tous les domaines ? Cette attitude nous aide notamment à anticiper.

On connaît la parole de Jésus : « Lorsque vous voyez un nuage se lever au couchant, aussitôt vous dites qu’il va pleuvoir, et ainsi arrive-t-il. Et lorsque c’est le vent du midi qui souffle, vous dites qu’il va faire très chaud, et c’est ce qui arrive » (Luc 12.54). Une théologie des « signes des temps », s’est développée à partir de cette parole. Croire à l’œuvre de Dieu dans le monde, c’est aussi la reconnaître. Cette attention peut s’exercer dans différents registres. Ainsi le théologien Jürgen Moltmann associe la vigilance et la prière à l’exercice de la vue. Il cite un proverbe : « L’oreille qui entend, et l’œil qui voit, c’est le Seigneur qui les a faits l’un et l’autre » (Pr 20.12). Jésus se plaignait de ses contemporains « Parce qu’en voyant, ils ne voient pas… » (Mat 13.13). Dans la conscience de l’avancée du Royaume de Dieu, nous sommes appelés à « une attente créatrice », « nous opposant au situations d’injustice », mais soutenant les situations « qui correspondent au Royaume de Dieu et à sa justice » (Jürgen Moltmann : De commencements en recommencements (p 106 et115)). C’est un appel à un discernement qui requiert la connaissance des situations. Dans ses limites, ce panorama de presse peut y contribuer.

Alors, nous pouvons nous demander : Comment ce panorama est-il fabriqué ? Une fréquentation régulière de Facebook, auprès d’un réseau d’« amis » comprenant des chrétiens de diverses sensibilités, nous permet de découvrir beaucoup de nouveautés. C’est le socle. Nous allons aussi revisiter des sites connus. Enfin, ayant connaissance de certains évènements, nous allons chercher des articles correspondants sur le moteur de recherche. Finalement, ce panorama présente à la fois des articles et des vidéos. A la différence de revues de presse classiques qui renvoient à des articles de publications qu’il faut ensuite se procurer, ce panorama présente des documents entièrement et directement accessibles. On peut remercier les publications qui donnent ainsi généreusement accès à une partie de leurs ressources. La qualité de celles-ci les fait connaître favorablement.

Cependant, l’élaboration de ce panorama témoigne également de la ligne éditoriale qui s’est développée à Témoins au cours des années. Une des caractéristiques est la dimension interconfessionnelle ou transconfessionnelle. Ainsi dans ce panorama, les sujets abordés concernent des églises ou des milieux chrétiens divers. Les ressources proviennent de différents supports. Et, de même, la perspective est internationale. D’autre part, ce panorama reflète le choix du mouvement et de l’innovation. Ce choix requiert parfois une analyse critique rigoureuse. Et aujourd’hui, hélas, les immobilismes et les dérives ne manquent pas. Mais on doit garder le sens des proportions. Comme le dit un proverbe africain : « Quand un arbre tombe, on l’entend ; quand la forêt pousse, pas un bruit ». Nous cherchons à comprendre les évènements, les mentalités, à tout faire pour favoriser les innovations et les transformations, à éviter une agressivité polémique. Nous pouvons suivre cette orientation parce que nous nous inscrivons dans la vision d’espérance telle que nous l’avons exprimée précédemment.

lire plus

Tous les articles

Share This