Recherche innovation

Culture Société

Actualités

Galeries

Vie Spiritualité

Qui sommes nous ?
Sélectionner une page

Une voix nouvelle dans le concert de l’Eglise émergente.

Le site Logoscom. vient de mettre en ligne un
dossier d’exploration sur les églises émergentes
Le responsable du site : Henri Bacher, nous en dit la finalité : « Par « Eglise émergente », nous entendons toute communauté qui essaye de sortir de ses murs pour créer de nouveaux ponts vers le monde extérieur. En règle générale, nous donnerons la priorité aux expériences francophones ».

Une pensée sur l’Eglise émergente.

Ce dossier nous fait part d’une série d’articles publiés par Henri Bachert sur le thème de l’Eglise émergente.
Dans son premier article : « Est-ce que le modèle de Willow Creek est encore d’actualité ?, Henri Bacher s’interroge sur la pertinence du modèle des « megachurch », des grandes églises, en Europe. En effet, on ne voit rien venir dans ce sens. N’est-ce pas parce que ce modèle date des années 70. Or, un changement profond est intervenu depuis lors dans la culture occidentale. « Nous entamons une large évolution socioculturelle qui va mettre en avant les tribus et l’expérience des réseaux. Ce changement est déjà perceptible au travers du web 2.0 qui mise majoritairement sur la formation de communautés virtuelles, centrées sur les intêrets, les goûts et le savoir-faire de leurs participants. Nous assistons à un morcellement de nos sociétés, un peu comme une banquise qui s’effrite sous l’effet du changement climatique… »
Henri Bacher nous montre comment nous passons aujourd’hui de la banquise à un archipel d’icebergs. Et il faut savoir en tirer les conséquences. « Lorsqu’on prie pour le réveil, on pense la plupart du temps à un renouveau spirituel qui amènerait à nouveau sur la banquise . Il faudra faire avec le changement et surtout participer à la construction de cette nouvelle société qui ne fait que commencer… »
Quel défi ! Les églises actuelles s’inscrivent dans une culture héritée du passé. Bien sûr, certaines d’entre elles peuvent évoluer, innover. Mais comme des pionniers de l’Eglise émergente, tel que Michael Moynagh (L’Eglise autrement. Empreinte, 2003), Henri Bacher montre que la coexistence de styles différents dans une même église n’est pas facile à gérer. Il suggère que « les églises mettent en route de nouvelles structures à côté des anciennes, sans chercher à renouveler fondamentalement l’existant ».
Henri Bacher prend donc au sérieux le courant des églises émergentes en pleine croissance en Grande-Bretagne et aux Etats-Unis. Et il en montre l’originalité par rapport aux innovations issues du Renouveau charismatique. « La nouveauté de cette poussée des églises émergentes, c’est qu’elles ne se contentent plus de toucher à certains secteurs de la spiritualité chrétienne, comme la louange, les dons spirituels ou la manière de prier. Elles accomplissent un relookage total, englobant aussi bien la doctrine, la forme des cultes dans son ensemble, le contenu des messages et l’organisation de la communauté. C’est donc une réponse globale et non sectorielle aux besoins des gens qui nous entourent ».
L’Eglise émergente s’inscrit dans une société de plus en plus diversifiée . L’Eglise s’y vit à travers des groupes multiples et motivés. Cette vision commence à cheminer et à éclore dans les pays francophones. Ainsi « le modèle suivant a été proposé par François Bacher, un de ces croyants non-églises qui ne se retrouve plus dans le style de communauté actuelle . Il voit l’Eglise émergente comme un réseau de groupes interconnectés… »
Mais la mutation en cours requiert également une transformation dans les représentations théologiques. Courageusement, avec beaucoup de lucidité, Henri Bacher appelle un renouvellement profond de la pensée théologique dominante dans le contexte du protestantisme évangélique genevois.
« Toute notre stratégie d’évangélisation est basée sur ce binôme jugement/pardon. L’homme est pécheur.., mais le Christ a payé pour lui. Nous nous retrouvons donc dans une cours de justice et dans des procédures judiciaires. Seulement, voilà, à la différence du temps de Calvin, nos concitoyens n’ont plus peur de l’enfer… Jésus n’est pas venu sur cette terre en tant que juge, mais comme le médecin, le libérateur, le confident, le frère, le maître à penser, le défenseur des pauvres . Il reviendra comme juge à la fin des temps. Singulièrement dans notre prédication, nous anticipons cette venue. Le temps de la grâce, c’est aussi le temps ou Dieu ne se présente pas en tant que juge, mais en tant que médecin, en tant que bienfaiteur, en tant que bénisseur. Plus les gens fuient dans le plaisir, plus nous leur montrons l’épouvantail du juge, alors que nous devrions leur présenter l’image d’un Dieu qui s’incarne, qui patauge avec nous dans le bourbier et qui nous bénit… »

Des ressources pour l’Eglise émergente.

Bibliste et expert dans la nouvelle culture médiatique, Henri Bacher a su développer dans son site : www.logoscom.org ,une démarche nouvelle pour éclairer la lecture de la Bible à travers des images issues de cette nouvelle culture. Il est bien placé pour apporter un éclairage original sur le phénomène de l’Eglise émergente. Et, en même temps, son témoignage montre comment ce courant est en train de se répandre dans des milieux chrétiens ayant des héritages théologiques différents. C ‘est un appel au dépassement des anciens clivages pour une réponse créative. A cet égard, le livre de Brian McLaren : « Generous orthodoxy » (présenté sur ce site à la rubrique : groupe de recherche, perspectives) témoigne, lui aussi, de cet appel et apporte une ouverture.
Le dossier ouvert par Henri Bacher ne comprend pas seulement la série de ses articles. Il se veut un lieu de ressources. Et celles-ci nous paraissent judicieusement choisies. Le site de Témoins y est mentionné dans sa dimension française. Rappelons que l’originalité de notre travail est aussi une présentation des ressources anglophones et la mise en valeur de leur apport pour la francophonie. « Emergent » renvoie également à des sources majeures comme le récent numéro de « Perspectives missionnaires » , le site britannique : « emerging church », et le site de Brian Mclaren. Et il établit des liens avec des blogs francophones qui oeuvrent dans la même perspective (« l’Eglise de demain », expression de Mathias Radloff).
Autour d’Henri Bacher, « Emergent » est ainsi une voix nouvelle dans le concert de l’Eglise émergente.

Jean Hassenforder
15 11 06