Recherche innovation

Culture Société

Actualités

Galeries

Vie Spiritualité

Qui sommes nous ?
Sélectionner une page

 

  De la Tunisie à l’Egypte, un vent de liberté souffle aujourd’hui. C’est une bonne nouvelle ! Avec le chercheur Edgar Morin, dans son récent livre : « La Voie… pour l’avenir de l’humanité » (1), on peut mesurer les dangers qui guettent le monde d’aujourd’hui, mais aussi entrevoir un potentiel d’éclosion. Le théologien Jürgen Moltmann (2), lui aussi perçoit les menaces, mais dans une vision d’espérance, il nous apprend à reconnaître l’œuvre libératrice de Dieu dans l’histoire, préfiguration d’une nouvelle création.

Ainsi notre regard compte. Voir plus clairement, c’est aussi reconnaître un chemin et pouvoir s’y engager avec d’autres.
Dans les dernières décennies, il y a eu des évènements marquants qui ont changé la vie de millions d’hommes : l’avènement de régimes démocratiques en Europe du Sud et en Amérique latine ; l’effondrement de la dictature soviétique, l’émancipation de l’Europe de l’Est et la chute du mur de Berlin, la fin de l’apartheid en Afrique du Sud… Les mouvements qui ont entraîné la chute de régimes autoritaires en Tunisie et en Egypte, ont une importance historique comparable. On imagine toutes les déviations possibles, mais il n’est pas trop tôt pour prendre conscience de l’espoir qui s’éveille et pour l’accompagner. Et la mobilisation démocratique qui s’opère s’inscrit dans le mouvement de la nouvelle communication (3) qui, à l’échelle mondiale, se réalise dans internet et les réseaux sociaux, en faisant tomber les cloisonnements et les barrières et en permettant le développement d’une démocratie participative. Le monde change. Il change rapidement. Un regard nouveau est nécessaire. Dans un article paru dans « le Monde » (4), un chercheur, Olivier Roy, nous apprend à nous libérer «  des clichés qui nous empêchent de percevoir les mutations profondes du monde arabe, des mutations qui rendent possibles « ces révolutions post-islamistes »

 

Des observateurs ont noté la timidité, empreinte de craintes et parfois de compromissions, qui a caractérisé la reconnaissance de ces changements par certains pays occidentaux. Mais on peut également s’interroger sur l’attitude de certains cercles chrétiens. Un ami nous faisait remarquer une forme d’insensibilité dans certains milieux où on est loin de reconnaître l’œuvre de l’Esprit de Dieu en ceux qui échappent aux critères de l’identité chrétienne et de la conversion. Il y a encore des esprits plus ou moins emprisonnés dans un regard exprimé autrefois dans les termes : « Hors de l’Eglise, point de salut ». Alors, comment pourraient-ils participer à cette grande fête de la conscience ?

En regard, comme tant de chrétiens aujourd’hui, de toutes dénominations, sans doute une grande majorité, nous adhérons à une  vision ouverte. Et, plus précisément, avec Jürgen Moltmann, nous pensons que « Le Dieu de l’histoire est en route vers son Royaume. Le Royaume de Dieu qui modifie le monde est devant nous. Sa prophétie l’emporte sur le fatalisme religieux et suscite cette liberté qui, au delà du présent, marche vers l’avenir » (5). Et nous cherchons à discerner les « signes des temps », comme nous y invitent des théologiens qui ont inspiré le Concile Vatican II.

 

Aujourd’hui, malgré les limites de son statut officiel et des intérêts nationaux qui pèsent obligatoirement, un homme a su trouver les paroles pour exprimer ce que nous ressentons dans notre humanité chrétienne. Ces paroles ont bien été évoquées, mais pas vraiment transmises comme elles le méritaient. Voici donc quelques extraits de la déclaration de Barack Obama (6), président des Etats-Unis, le samedi  12 février 2011.

 

« Il y a très peu de moments dans une vie où nous avons le privilège d’être témoins d’une histoire en train de se faire. Nous sommes à l’un de ces moments. Le peuple de l’Egypte a parlé. Sa voix a été entendue et l’Egypte ne sera jamais plus comme avant….

Nous avons vu des mères et des pères porter leurs enfants sur leurs épaules pour leur monter ce à quoi une vraie liberté pouvait ressembler… Nous avons vu des manifestants chanter sans cesse : selmiyya, selmiyya, «  nous sommes des gens de paix »…. Nous avons vu des gens de foi prier ensemble et chanter : « musulmans, chrétiens, nous sommes un ». Et bien que nous sachions que les tensions entre les religions divisent encore beaucoup trop de gens dans ce monde et qu’aucun événement unique ne mettra fin immédiatement à ce fossé, ces scènes nous rappellent que nous n’avons pas besoin de nous définir par nos différences. Nous pouvons nous définir par l’humanité commune que nous partageons…. Et, par dessus tout, nous avons vu une génération nouvelle émerger, une génération qui utilise ses talents, sa créativité et la technologie pour obtenir un gouvernement qui représentent ses espoirs et non ses peurs…

C’est le pouvoir de la dignité humaine … Les égyptiens nous ont inspirés et ils l’ont fait en repoussant le mensonge que la justice est le mieux obtenue à travers la violence. C’est la force morale de la non violence qui, à nouveau a tiré l’arc de l’histoire vers la justice. Et, alors que les images et les sons que nous entendions, étaient entièrement égyptiens, nous ne pouvions qu’y entendre les échos de l’histoire. Les échos des allemands abattant le mur de Berlin, des étudiants indonésiens descendant dans la rue, et Gandhi conduisant son peuple sur le chemin de la justice… Comme Martin Luther King l’a dit… « Il y a quelque chose dans notre âme qui réclame à grands cris la liberté. Ce sont ces cris qui venaient de la place Tahrir… Ce mot : « tahrir » signifie libération. C’est un mot qui parle à ce quelque chose dans nos âmes qui aspirent à la liberté… » (7)

 

Oui, lorsque, dans ce monde, la force d’âme l’emporte sur la dictature, sur la violence, sur le fanatisme, c’est une bonne nouvelle.

 

Jean Hassenforder

 

Notes

 

(1) Morin (Edgar). La voie. Pour l’avenir de l’humanité. Fayard, 2010. Edgar Morin, sociologue et philosophe, est bien connu pour sa pensée pionnière de long cours.

(2) ** Voir sur ce site ** « Une théologie pour notre temps » : une présentation de la vie et de la pensée de Jürgen Moltmann :

(3) ** Voir sur ce site ** « Le pouvoir d’organiser sans organisation. Les structures hiérarchiques en question ».

(4) Roy (Olivier). Révolutions post-islamistes. Le Monde, 13-14 février 2011, p.17

(5) Moltmann (Jürgen) ” L’Esprit qui donne la vie. .” Cerf, 1999 (citation p.157). On peut lire  aussi : « Il n’existe pas deux histoires différentes : une histoire du monde et une histoire du salut, mais dans l’histoire du salut, il s’agit de tout le monde créé… (p.157). « Les expériences historiques de Dieu sont des anticipations du Royaume, de même que le Royaume sera l’accomplissement des expériences historiques de Dieu » (p.167).

(6) ** Voir sur ce site **  « Le phénomène Obama, un signe des temps » : un article sur le mouvement qui a porté Obama à la présidence des Etats-Unis.

(7) Obama says : « Egypt will never be the same ». « Praises protesters ». Non violence. ** Voir le texte original de la déclaration d’Obama, le 12 févier 2011 **  Notre interprétation en français.