Sélectionner une page

Plusieurs personnes à qui je parlais des réflexions de Témoins sur l’innovation dans l’église et le courant de l’église émergente m’ont dit : « tu connais la Fonderie ? »  Alors, j’ai rencontré Steve Thrall, pasteur, qui en est le responsable, et il a répondu à mes questions, à mon désir de savoir ce qui se cachait derrière la vitrine du site http://www.lafonderie.org  ** Voir le site **

La Fonderie… au fait pourquoi ce nom ? Parce qu’elle est un creuset où des artistes se rencontrent pour partager leur vécu de la foi chrétienne.
Il est vrai que les artistes ont quelquefois du mal à trouver leur place dans une église traditionnelle. Leur créativité, leur atypisme n’y sont pas toujours compris, acceptés. Et pour reprendre la pensée d’Eric Zander sur le modèle conventionnel d’église (tel qu’il nous l’a présenté en mars 2009 lors de la Rencontre pour l’Implantation et la Multiplication d’Eglises),  ils ne se laissent pas transformer, conformer, aux « gens du dedans ».
Le rythme de vie d’un artiste est souvent peu compatible avec les activités d’église : nomades, généralement pas disponibles en week-end, ils ont une difficulté supplémentaire à s’intégrer dans une communauté classique.

Pourtant, les artistes avec leur sensibilité du « beau », sont généralement en recherche de spiritualité. Et la sensibilité relationnelle que leur ouvre souvent l’art, leur donne une facilité, une capacité à communiquer l’Evangile.

Partant de ces constats, Jim Beise, missionnaire américain et musicien, eut l’idée de la Fonderie, il y a une quinzaine d’années.
Si je reprends les mots de présentation du site c’est : «… un espace pour valoriser, encourager, inspirer et donner de l’audace aux chrétiens qui travaillent dans les arts ou exercent une profession créative…une communauté qui explore les liens entre l’art, la culture et la foi, des artistes qui cherchent à se (re)connecter avec Dieu, à découvrir une vie passionnante ! »

Elle fut d’abord constituée par un groupe d’artistes qui fréquentaient une même église parisienne (ERF de Belleville) et de leurs amis, mais s’ouvrit vite aux artistes professionnels chrétiens de toutes dénominations, ou en recherche. Il s’agissait d’abord d’un travail de réflexion sur l’art et la foi dans le cadre de la culture française. Du culturel et du spirituel. Les relations se sont construites, entre artistes, entre chrétiens, des réseaux, des mondes se rencontrent…

La Fonderie est un lieu où ces artistes peuvent partager leur foi ensemble, et la communiquer par leurs dons créatifs.
Une fois par mois (un soir de relâche pour la plupart d’entre eux), les artistes peuvent s’y réunir autour d’un repas, pour partager et s’encourager. Pour la moitié d’entre eux, c’est leur seule appartenance à une communauté chrétienne, les autres étant enracinés dans diverses églises.
Un samedi soir par mois, la Fonderie organise une « soirée verticale » ouverte à un plus large public, et annoncée sur son site : louange, toujours, et… poésie ? dessins ? clips de films ? partage biblique interactif ?.. Ce que l’Esprit inspire aux artistes et au conducteur spirituel : Steve.

Finalement, la Fonderie est un lieu où on fait église autrement.
Est-ce si loin d’une forme d’église émergente ?

Marie-Thérèse Plaine

Share This