Recherche innovation

Culture Société

Actualités

Galeries

Vie Spiritualité

Qui sommes nous ?
Sélectionner une page

L’arrivée des beaux jours nous fait penser à la fin de l’année scolaire, aux vacances d’été, et déjà peut-être à  la rentrée prochaine : agenda encore clairsemé, désirs de changement, d’approfondissement, de formation… le bon temps pour parler de cette nouvelle formation à l’accompagnement spirituel, proposée par la communauté des Diaconesses de Reuilly à Versailles en septembre prochain, à ceux d’entre vous qui aspirez à aider d’autres chrétiens à cheminer dans leur foi .  

  Cette formation se déroule en trois parties :

 

–    une première session au cours de laquelle le participant découvre l’accompagnement spirituel, au travers d’enseignements et en étant lui-même accompagné,
–    une période au cours de laquelle le participant met en pratique ce qu’il a découvert, en expérimentant l’accompagnement spirituel, sous la supervision de son accompagnateur,
–    une session finale où sont installés les repères et les cadres, et retravaillés, en petit groupe, les accompagnements effectués entre les deux sessions.

 

Les sessions sont vécues dans un climat de silence, propice au développement de l’écoute.


La prochaine session,se déroulera du 13 au 16 septembre 2011, puis du 4 au 7 mars 2012.


Contact : Sœur Anne Etienne
tél : 01 39 24 18 80
e-mail :  soeuranneetienne@free.fr  

Qui peut mieux en parler que les participants eux-mêmes ?

Voici le témoignage de Sœur Marthe Elisabeth de la communauté de Pomeyrol ** Voir le site de la communauté : www.pomeyrol.com **
«  La prière, l’accueil, l’écoute et l’accompagnement spirituel sont au cœur de la vocation de la communauté de Pomeyrol. Sur l’invitation de ma prieure, j’ai pu m’inscrire pour suivre la session de formation à l’accompagnement, proposée par la communauté des Diaconesses de Reuilly. Je me suis réjouie de cette occasion de formation qui m’a été offerte et de pouvoir acquérir les bases nécessaires pour accompagner. Ce que j’ai particulièrement apprécié dans cette formation, c’est l’équilibre qui a été trouvé entre l’enseignement théorique et l’enseignement pratique ; l’équilibre entre les entretiens individuels, les travaux pratiques en plénière et en petit groupe. Et surtout d’avoir été, pendant toute la session, accompagnée par une accompagnatrice que j’ai pu choisir. J’étais moi-même une accompagnée ! Le travail personnel avait pour base la méditation d’un passage d’Evangile. Les entretiens individuels m’ont aidée à sortir de moi-même et à me mettre à l’écoute de l’autre. Entre les deux sessions, j’ai eu un travail pratique à faire pour m’entraîner à l’accompagnement et à l’écoute d’une personne. Trois accompagnements spirituels à faire (un par mois) puis à retraduire sous forme de verbatim (dialogue entre l’accompagnatrice et l’accompagné), sur la base de l’enseignement reçu lors de la première session. Chaque  verbatim  a été supervisé par mon accompagnatrice. L’accent de la dernière session a porté sur l’analyse approfondie du  verbatim  retenu en accord avec l’accompagnatrice et présenté par chaque participant. Cette analyse s’est faite en petit groupe. Un moment très riche de partage en vérité où chacun a pu s’exprimer dans la confiance et le respect mutuel, a pu répondre aux questions et commenter ses choix. Ce travail en profondeur et en vérité a permis de découvrir la richesse des uns et des autres et au groupe de se souder dans une amitié fraternelle. Ce beau travail a pu se faire par la qualité de l’enseignement, la disponibilité de nos accompagnateurs et la  prière des Diaconesses. »

et celui de Didier Astorga, aumônier hospitalier :
« Il y a des lieux sur terre où nous pouvons goûter aux prémices du paradis. Comme par exemple ce site au beau milieu de la ville de Versailles où se trouve la communauté des diaconesses de Reuilly. Dans cet endroit paisible, propice au recueillement, à la méditation et à la prière, j’ai pu participer à cette formation sur l’accompagnement spirituel.
Je fus conforté dans l’appel que je ressentais pour être au chevet des malades, l’aumônerie hospitalière. Ce ministère dont l’épisode des disciples sur le chemin d’Emmaüs est un bel exemple s’inscrit en effet dans un cadre d’écoute et de cheminement avec l’autre.
Il a fallu que je reconsidère ce long apprentissage à l’écoute du Seigneur qui me parle sans cesse à travers sa parole, son Esprit, sa création et les circonstances.
J’ai appris à réécouter la résonance d’un texte biblique ; la sérénité et la beauté du cadre me permettant de faire silence dans mon âme. Se tenir là et attendre. Faire silence en présence de Dieu, orienter constamment mes pensées vers sa personne. C’est un exercice que les préoccupations et les bruits de ce monde me poussent trop souvent à écourter.
Le temps, nous l’avions, afin de partager nos expériences avec les autres, relire notre pratique de l’accompagnement spirituel, analyser nos verbatim, découvrir ensemble la richesse inépuisable d’un texte biblique.
J’ai apprécié ces temps d’entretien individuel avec notre formatrice, elle m’a aidé à mettre des mots sur mes émotions, mes ressentis. Par la reformulation elle me restituait ou précisait ma réflexion.
J’ai aussi reçu des bases pour accompagner quelqu’un, ceci quelque soit sa croyance, dans le respect de sa spiritualité.
J’ai donc revu ma pratique, car j’avais tendance à trop parler, voire orienter la conversation, à combler le vide du silence. Il ne s’agit pas de devancer l’accompagné, mais de cheminer avec elle. Pour aider quelqu’un à écouter Dieu dans sa vie, il est nécessaire d’avoir soi-même cette habitude du recueillement, de la méditation ».

 

 Marie-Thérèse Plaine

** Lire, sur ce site, l’article “ l’accompagnement spirituel, un luxe ou une nécessité ” **

** On lira aussi, avec profit, sur ce site, l’annonce de la dernière session **