Recherche innovation

Culture Société

Actualités

Galeries

Vie Spiritualité

Qui sommes nous ?
Sélectionner une page

On n’est pas obligé d’être un étudiant en théologie ou même un croyant très motivé pour lire certaines revues spécialisées en … théologie. Ainsi Evangile et liberté, le mensuel de l’association française protestante libérale du même nom (1). Facile d’accès, avec un vocabulaire pas trop technique, il a vocation à parler à des chrétiens, ou à des non-croyants, qui aiment interpréter, très librement, les Ecritures. Dans son numéro de février, il publie notamment un cahier de six pages sur « l’humanité de Jésus », un thème à la mode. John Shelby Spong, un ancien évêque presbytérien de Newark, aux Etats-Unis, y explique qu’il n’aime pas l’idée « théiste » d’un Dieu indépendant du monde, tout autre ou abstrait. « Les évangiles, dit-il, montrent un Jésus remarquablement libre. Il était libre de pardonner, libre de souffrir, libre d’être et libre de mourir. (…) Peu importe si ces descriptions furent ou non exactes d’un point de vue littéral. (…) Il y avait, c’est évident, une puissance énorme présente dans sa vie. » Puis John Shelby Spong explique que « la vie humaine peut pénétrer l’infini de Dieu parce qu’on peut découvrir cet infini au cœur de toute vie humaine. Les deux ne sont pas distincts ». L’ecclésiastique a enfin cette belle phrase : « Oui, Dieu est réel, intensément réel, pour moi, mais ce n’est pas un être – extérieur, surnaturel ou théiste – dont j’essaie de m’approcher. C’est plutôt une présence… » A l’évidence, ce regard-là sur Dieu est personnel et très différent de celui que l’on présente habituellement dans ce site ou, d’ailleurs, dans les Eglises en général. Or il a le mérite implicite de poser des bonnes questions. Hélas, et c’est un défaut qu’Evangile et liberté partage avec maints autres magazines chrétiens enfermés dans une idéologie ou une vision particulière des évangiles, le lecteur ne lira qu’un type de réponse.
Considérons maintenant un chrétien d’ouverture, qui ne manquait pas de foi en Jésus : Martin Luther King. Il parle autant aux « libéraux » qu’aux « conservateurs » et même aux non-croyants. C’est Idéa, le bulletin mensuel de l’Alliance évangélique française, qui évoque sa mémoire dans son édition de février. Il ouvre ainsi la série d’un long cortège de journaux chrétiens qui parleront cette année du martyr assassiné il y a 40 ans, le 4 avril 1968. Au sujet de Martin Luther King, il vaut généralement mieux reprendre ses sermons ou ses discours que de broder autour. C’est ce qu’a fait Idéa, en publiant l’inoubliable discours « Je fais un rêve » de 1964, qui était, paraît-il, improvisé. Citons les derniers mots : « Oui grâce à cette foi, nous serons capables de hâter le jour où la paix régnera sur la terre et la bonne volonté envers les hommes. Nous ferons approcher ce jour quand nous laisserons retentir de chaque village et de chaque lieu-dit, de chaque Etat et de chaque ville, quand tous les enfants de Dieu, Noirs et Blancs, Juifs et Gentils, Catholiques et Protestants, pourront se prendre par la main et chanter les paroles du vieux spiritual noir : ‘Enfin, libres ! Enfin, libres ! Dieu Tout-Puissant, merci, nous sommes enfin libres ! » Ce sera un jour merveilleux, les étoiles du matin chanteront ensemble et les fils de Dieu pousseront des cris de joie. »
Depuis le temps de Martin Luther King, la foi et le sens de la justice continue de poser des problèmes politiques. Idéa, toujours dans son numéro de février, rappelle que l’Alliance évangélique européenne a un représentant à Bruxelles pour faire du lobbying auprès des institutions européennes, notamment le Parlement. Et de rappeler qu’il est intervenu pour une résolution condamnant la persécution de chrétiens au Moyen-Orient et en Turquie. Il a aussi tenté d’éviter qu’une résolution condamnant le créationnisme voie le jour. Selon certains euro-députés, les créationnistes seraient en effet un danger pour la démocratie ! Finalement une version plus soft a été adoptée suggérant que les thèses créationnistes ne doivent pas être enseignées dans les cours de science à l’école. En revanche, il a été dit dans la même résolution que l’évolution devait être soumise à l’examen scientifique autant que toute autre théorie. C’est la moindre des choses !
Construire ensemble, dont nous avons déjà parlé dans une revue précédente, publie, lui, un dossier remarquable sur la Chine dans son numéro de janvier/février. Bourré d’informations utiles pour les chrétiens, il montre par exemple que c’est le pays où l’Eglise croît le plus au monde. Selon un article de Claire Lacroix, membre de Portes ouvertes, « on estime que chaque année, entre 3 et 5 millions de Chinois se convertissent au christianisme ». Au total, il y aurait entre 50 et 120 millions de chrétiens dans l’Empire du milieu, contre seulement 700 000 au moment de la révolution communiste en 1949. Les difficultés d’estimations sont dues entre autres à la répression des communautés chrétiennes non autorisées, qui, paradoxalement, ne cessent de grandir. Officiellement, elles n’ont pas d’existence. Or, il y a aussi des Eglises officielles : une protestante, l’autre catholique. Dans l’article d’ouverture de Samuel Cassildé, on apprend que cette Eglise officielle est tellement encadrée par les autorités que « beaucoup de chrétiens décident de retourner à la clandestinité ». En ces moments de préparation des Jeux olympiques qui auront lieu en août prochain, la pression sur les chrétiens augmente. « Dès l’année dernière, le nombre d’Eglises illégales forcées à fermer a augmenté. Pour celles qui restent, les raids de la police sont de plus en plus fréquents. Dans plusieurs provinces, les chrétiens ne peuvent plus organiser un baptême sans présence policière », rappelle Claire Lacroix. Qui explique aussi que son organisation a l’intention de faire parvenir des Bibles et des manuels de formation en Chine avant que la situation ne soit devenue trop critique. Le Ministère de la sécurité publique a prévenu : « toute personne ayant prononcé des sermons illégaux ou distribué illégalement de la littérature religieuse » sera interdite de participer aux Jeux Olympiques. Avec de telles règles absurdes et une telle oppression – combien de chrétiens croupissent dans les geôles chinoises parce qu’ils sont chrétiens ? – on ne peut qu’admirer la force de nos sœurs et frères là-bas.
Henrik Lindell

1. Evangile et Liberté, Février 2008, N° 216. Site : www.evangile-et-liberte.net
2. Idéa, 4 rue du 11 novembre, 30 000 Nîmes. Tél. 04 66 27 59 65. Site de l’organisation : http://www.alliance-evangelique.org