Recherche innovation

Culture Société

Actualités

Galeries

Vie Spiritualité

Qui sommes nous ?
Sélectionner une page

Dans une prédication pour le culte de la Réformation, adressée à une communauté de l’Eglise Réformée de France, Eric Perrier (1), pasteur, appelle les protestants à ne pas s’enfermer dans l’héritage de la Réforme, mais, dans l’esprit de celle-ci, à aller de l’avant pour être en phase avec la culture de notre temps et répondre aux aspirations spirituelles des gens d’aujourd’hui.

 

Après cette méditation de l’Evangile, trop rapide j’en conviens, j’aimerais revenir au thème que j’ai retenu pour ce jour : Réforme d’hier, réformes d’aujourd’hui.
Vous avez dans cette paroisse, nous avons par l’ensemble de la Réforme, un héritage qui est précieux, qui nous ramène à des points essentiels de l’Evangile et qui doit nous aider à vivre une foi et une fidélité ancrées en Jésus. Mais en même temps, il nous faut garder l’esprit de la Réforme qui est, à l’écoute de Dieu, de rechercher sans cesse à réformer nos voies et nos pensées. Ce que nous rappelle la parole de Jésus : l’homme seul (y compris l’homme protestant, instruit par la Réforme) n’aboutit à rien. C’est l’Esprit de Dieu qui donne la vie. Les paroles de Jésus, réaffirmées par la Réforme, sont Esprit et vie.
Ce passage de l’Evangile nous invite à éviter un piège. Car si l’héritage réformateur est une richesse, il peut devenir un enfermement voire même un tombeau, si l’on n’y prend pas garde et si l’on oublie la tension que les Réformateurs eux-mêmes vivaient entre la parole et l’Esprit.
Pour faire apparaître le collet qui peut se refermer sur nous, j’aimerais attirer votre attention sur les similitudes que l’on peut établir entre le temps de la Réforme et notre vie actuelle. Comme alors, nous sommes aujourd’hui dans un processus de profondes mutations. La Renaissance vit l’apparition de techniques qui permirent de découvrir de nouveaux horizons (le nouveau monde, par exemple) mais surtout d’ouvrir l’espace de la connaissance. C’est l’invention de l’imprimerie qui va permettre de faire connaître les textes au plus grand nombre. Ces inventions ne se contentent pas d’élargir la connaissance : elles conduisent à redéfinir profondément les relations des hommes entre eux de telle sorte que l’on situe à ce moment-là la fin de la longue période du Moyen Age et de la féodalité et que l’on donnera le nom de Renaissance à la nouvelle période qui commence.
Nous vivons nous aussi des mutations importantes et similaires. Les moyens techniques font aujourd’hui de notre terre habitée un grand village. Se rendre à l’autre bout de la terre est maintenant une possibilité ouverte à tous ceux qui en ont les moyens. Le réseau Internet est une nouveauté semblable à celle de l’imprimerie, à la différence non négligeable qu’elle ne se contente pas de multiplier l’information mais engendre une croissance exponentielle de la communication. Ces transformations sont en train de toucher en profondeur les relations dans la société. Encore hier soir, l’un d’entre vous m’expliquait comment les entreprises étaient en train de passer d’un système d’autorité pyramidale à un système de relation en réseau. Nous voyons ces changements, nous les sentons, même si nous avons encore du mal à saisir tout ce qu’ils signifient. La seule chose dont nous puissions être certains c’est que la société de demain sera très différente de celle que nous avons connue.
Or c’est le même Dieu qui permet l’évolution de la société, non pas que tout ce qui s’y passe soit juste et vienne de lui, mais c’est lui qui permet à la société humaine d’avancer. C’est lui encore qui agit dans l’Eglise pour lui permettre d’aller plus loin. La Réforme protestante a su discerner, dans les bouleversements de son temps, les changements nécessaires alors que L’Eglise catholique a cru bon de s’accrocher à ce qu’elle connaissait, à ce qui avait été efficace dans le passé et s’est durcie sur ses dogmes et ses traditions. Ces deux réponses opposées nous interpellent : dans un contexte de bouleversement, nous agripperons-nous avec l’énergie du désespoir à ce que nous avons et connaissons, comme l’Eglise catholique l’a fait en son temps, ou saurons-nous discerner les chemins nouveaux que le Seigneur est en train d’ouvrir ? Saurons-nous utiliser notre héritage protestant pour rebondir dans le siècle présent, ou bien sera-t-il pour nous un écueil qui nous fera trébucher à notre tour?
Je ne voudrais pas ce matin me contenter d’une simple interpellation et je vous proposerai trois points où il me semble que Dieu nous attend aujourd’hui.

Le premier concerne le ministère.
Nous voyons que l’Eglise catholique est l’Eglise qui a posé les fondements. Elle a placé la figure du Père au centre et s’est bâtie autour du ministère de berger. Dans des conditions parfois très difficiles, face à une population qui n’avait aucune instruction, l’Eglise a cherché à garder le peuple de Dieu dans la vraie foi. C’était le rôle de l’évêque aidé par l’ensemble des prêtres.
Avec l’invention de l’imprimerie, la parole de Dieu a connu une publicité extraordinaire. C’est la figure de Jésus, Parole de Dieu, qui s’est retrouvée mise en exergue. La Réforme protestante a compris qu’il fallait développer et accompagner la compréhension de la Bible et a donné de l’importance au ministère d’enseignant.
Aujourd’hui, nous assistons à un mélange des cultures, des civilisations, des conceptions comme jamais nous ne l’avions vu auparavant. Cette évolution provoque une perte des repères et peut même engendrer une certaine confusion. Il me semble que c’est la figure de l’Esprit qui s’impose aujourd’hui, cet Esprit de vérité dont Jésus nous dit qu’il nous conduira dans toute la vérité (Jean 16/13). Dans ce contexte le ministère prophétique retrouve une signification qui avait été occultée par la Réforme. Comme nous l’ont souvent répété les biblistes, le prophète n’est pas d’abord celui qui annonce l’avenir mais celui qui, dans la forêt touffue de nos vies et de nos sociétés, débroussaille un chemin, discerne ce que Dieu fait et ce qu’il attend de son peuple. Le prophète est celui qui nous aide à voir avec les yeux de Dieu. Or dans la nouvelle alliance, le ministère prophétique cristallise une dimension qui est maintenant donnée à l’ensemble du peuple de Dieu : tous ceux qui croient reçoivent l’Esprit. A Pentecôte, Pierre cite Joël et dit : ” Vos fils et vos filles prophétiseront, Vos jeunes gens auront des visions, Et vos vieillards auront des songes “.

Le deuxième point concerne la spiritualité.
Nous connaissons tous le mot de Malraux disant que le 21ème siècle sera religieux ou ne sera pas. Or, nous qui sommes aujourd’hui citoyens de ce 21ème siècle, nous pouvons constater que son intuition s’est révélée exacte. Il y a dans notre société, une recherche de spiritualité qui se développe dans tous les sens. La seule direction où l’on ne va pas la chercher, c’est dans les Eglises traditionnelles. L’homme de la rue considère que les Eglises appartiennent au passé, que la page est tournée et qu’il n’y a plus de vie à en attendre.
Je pense à la maman d’un camarade de notre fils, qui est devenue une amie, et qui nous disait récemment : je ne sais pas si un Dieu existe mais par contre, je sais que la prière, elle, est efficace. Et de nous parler d’un de ses amis qui prie sur l’eau et qui constate que la structure de cristallisation n’est pas la même selon que les paroles sont positives ou négatives… Vous avez tous entendu comme moi de tels propos relativement confus mais significatifs de la recherche qui anime nos contemporains. Dans un tel contexte, la Réforme est précieuse pour nous aider à avoir une foi claire, simple et structurée. Mais nous ne pouvons pas simplement revenir aux principes de la Réforme et nous contenter de plaider pour une sobriété que trop souvent nous avons transformée en sécheresse spirituelle. Il nous faut aujourd’hui répondre à cette demande par une spiritualité vivante, forte et profondément évangélique en redécouvrant comment l’Esprit Saint vit et agit en nous.

Le troisième point concerne le service chrétien.
Nous savons que dans les mutations de son temps, la Réforme a perçu que la volonté de Dieu était de remettre la Parole de Dieu entre les mains de tous les croyants. Je me demande si la grande révolution qui est devant nous ne consiste pas tout simplement à remettre maintenant le service de Christ… entre les mains de tous les chrétiens. La question n’est pas que l’Eglise suive la dernière mode en vogue. Mais les transformations de la société ouvrent des possibilités nouvelles pour vivre ce que l’Evangile nous a donné dès le commencement. Vous avez constaté comme moi que Jésus n’a jamais cherché à bâtir une nouvelle institution ecclésiale. Il a formé des disciples les appelant à former à leur tour des disciples et ainsi de suite. Or nous sommes aujourd’hui dans une société de l’échange et de la participation. Il est impossible que le modèle de nos Eglises ne soit pas amené à changer en profondeur. Il nous faut, à l’instar des Réformateurs, sonder l’Evangile pour chercher une direction pour le temps présent. Or il est dit dans l’Epître aux Ephésiens (Eph. 4/12) que les ministères sont donnés pour aider les croyants à accomplir le service de Christ alors que jusqu’à présent il était entendu que les ministères étaient là pour accomplir ce service du Christ et finalement pour en exempter le peuple de Dieu.
En tant que protestants, nous avons des atouts puisque la Réforme a mis en avant le sacerdoce universel. Mais je crois qu’il s’agit aujourd’hui de lui donner un développement équivalent au développement qu’a eu la Bible à la Réformation. Il faut mettre en place dans l’Eglise les moyens de formation, de spiritualité, de transformation de vie pour que ce service du Christ soit un service profondément spirituel, un service de qualité et un service qui révèle le Christ et la vie qu’il nous donne. Il me semble que c’est un énorme chantier qui se profile devant l’Eglise du Christ et si nous le menons à bien il métamorphosera le visage actuel de nos communautés.
Je voudrais, pour conclure cet encouragement, vous laisser, chère Eglise de St Germain en- Laye, deux images.
La première est celle du camp de base. Dans les ascensions ambitieuses qui cherchent à atteindre les plus hauts sommets, il est nécessaire d’installer un, voire même plusieurs camps de base. Dans ce camp, on apporte les tentes, la nourriture, le matériel nécessaire pour se préparer à monter plus haut. Il est bon de pouvoir y prendre des forces mais il n’est pas un but en soi. Le but c’est le sommet. La Réforme constitue un tel camp, nécessaire, indispensable que Dieu a donné à toute l’Eglise. Mais la Réforme protestante n’est pas un but en soi. C’est aujourd’hui le moment de repartir, de sortir de la sécurité offerte par ce camp et de se mettre en route vers le but de l’Evangile : à savoir la manifestation du Royaume de Dieu au milieu des hommes.
La deuxième image est celle du tremplin. Vous connaissez ces toiles que l’on tend pour le bonheur des plus jeunes. Je n’oserais pas aujourd’hui m’y aventurer moi-même mais eux se régalent à sauter en bondissant de plus en plus haut. Nous avons eu la grâce de pouvoir nous appuyer sur la Réforme, une fois, 2 fois, 3 fois mais il arrive un temps où il nous faut transformer l’énergie acquise, c’est le moment de sauter non pas plus haut mais plus loin car c’est ainsi que la Réforme trouvera tout son sens. Elle n’est pas un acquis du passé mais une dynamique qui nous ouvre à l’avenir de Dieu.
Devant de telles perspectives, peut-être vous poserez-vous la question : mais que puis-je faire ? Je crois que tout commence dans une attitude, une ouverture de cœur.
” L’homme tout seul n’aboutit à rien. C’est l’Esprit de Dieu qui donne la vie “, avons-nous entendu de Jésus.

L’attitude qui ouvre l’avenir, est exprimée dans cette phrase toute simple :
” Parle Seigneur, car ton serviteur écoute “.
Parle Seigneur, car j’ai soif de toi
Parle, car sans toi je n’aboutis à rien
Parle Seigneur, et que souffle ton Esprit sur moi.
Je veux aller plus loin, je veux t’obéir.
Amen.

Eric Perrier

(1) Extrait de la prédication du pasteur Eric Perrier pour le culte de la Réformation au temple de Saint Germain en Laye le 28 octobre 2007. Aujourd’hui, Eric Perrier est pasteur dans le cadre d’une équipe pastorale missionnaire de l’ERF à Chaumont.  ** Lire aussi sur ce site : Un culte café croissants à Chaumont **