Recherche innovation

Culture Société

Actualités

Galeries

Vie Spiritualité

Qui sommes nous ?
Sélectionner une page


De premier abord, on pourrait penser que ces deux secteurs sont antinomiques, je voudrais ici témoigner que non !

Je suis actuellement, dirigeante d’une agence web, j’accompagne des petites entreprises, des commerçants, des associations et des églises de diverses dénominations dans leur volonté d’être plus visible sur internet, tout en respectant leur identité. Ma volonté est de présenter leur travail, tout en respectant leur image et leur particularité.

Mon parcours 

J’ai été élevée dans une famille chrétienne, mes parents étaient très engagés socialement dans la commune, auprès des personnes âgées, mais également dans leur église. J’ai toujours vu mes parents être disponibles, et je crois que cela a grandement influencé ma volonté d’être au service des autres.

J’ai été très malade durant les 10 premières années de ma vie, je passais régulièrement mes étés à l’hôpital pour suivre des traitements ou subir des opérations. Ces années furent très difficiles, mais en même temps, c’est dans ces moments que je ressentais très clairement la présence de Dieu à mes côtés.

Après ma dernière opération, je pouvais enfin vivre ! la liberté que je ressentais était incroyable, je voulais tout essayer, tout voir !…  et je me suis un peu perdue dans diverses relations,  j’ai laissé tomber ma foi, tout en disant à Dieu : « Laisse moi un peu le temps de vivre, je reviens bientôt ». Ce que je fis après mes études de peintre en lettre décoratrice.

A mes 17 ans, je me tournais définitivement vers Dieu, ce qui se concrétisa par deux années à étudier la Bible à plein temps, et quelques stages en Espagne, auprès de personnes en réinsertion sociale suite à des incarcérations plus ou moins longues.

A la suite de ces deux années, je décidais de partir une année au Canada anglophone, pour parfaire mon anglais, mais surtout pour continuer à me sentir utile : 6 mois auprès d’enfants indiens Cries dans le grand nord canadien et 6 mois près de Vancouver, en charge de 4 enfants en bas âge.

A mon retour, je désirais me former au métier d’éducatrice.  Mes premiers engagements professionnels se firent dans le , et plus particulièrement dans le secteur du handicap mental. Je rencontrai mon mari à cette période, il travaillait également dans le .

Durant huit ans, j’arrêtais de travailler pour élever nos trois enfants, c’est à cette période que je me formais de manière autodidacte aux logiciels de PAO, étant graphiste et peintre d’origine, il fallait suivre les progrès technologiques. En parallèle à mes divers postes, j’ai toujours continué à peindre et à créer flyer, logos, faire part de mariage et autres travaux de PAO, avec l’idée de me former également au Web et à la création de site internet, ce que je fis.

C’est en 2009 que je créais ma première auto-entreprise, j’étais en poste en tant qu’assistante de Direction à cette époque.

Finalement, c’est à presque 50 ans que je me lançai dans l’aventure de l’entreprenariat pur, je quittais mon emploi et créais une SAS, suite la rencontre avec mon associé.

Au début, lorsque je démarchais auprès de clients potentiels, j’avais du mal à me positionner, j’avais beaucoup d’apriori concernant la vente et le commercial, je pensais que faire du commerce était forcément synonyme de mensonge, de vol, et je ne souhaitais pas entrer dans de telles démarches !

Avec l’aide de mon associé, j’ai finalement compris que proposer un service ou un produit à la vente était normal et que le prix pouvait être juste et prendre en compte les demandes des personnes. Mes prestations pouvaient réellement répondre aux besoins de mes clients, nous pouvions les identifier ensemble.

Je sais aujourd’hui que c’est aussi servir que de conseiller honnêtement mes clients et leur apporter la meilleure réponse à leurs besoins.

J’avais également beaucoup de mal à imaginer que je pouvais gagner de l’argent, mon rapport avec la richesse étant très marqué par mon éducation, et également par l’avertissement du Seigneur vis-à-vis de l’argent qui fausse les relations et perverti l’homme : Proverbes 30, au versets 8 à 9 : « Eloigne de moi la fausseté et la parole mensongère. Ne me donne ni pauvreté, ni richesse. Accorde-moi le pain qui m’est nécessaire. De peur que, dans l’abondance, je ne te renie Et ne dise : Qui est l’Eternel ? Ou que, dans la pauvreté, je ne dérobe, et ne m’attaque au nom de mon Dieu ».

Je continue à penser que l’argent corrompt, que c’est un réel danger, mais je fais confiance à Dieu pour continuer à me préserver de cela.

Finalement je me suis aperçue que lorsque je vais au-devant des personnes pour leur proposer mes services pour la création de sites internet, chacune est en forte demande de vraies relations, il y a toujours la crainte de se « faire avoir » encore une fois par de belles promesses, mais après plusieurs contacts dans un rapport honnête et franc, la confiance s’installe.

J’ai plusieurs exemples où ces relations commerciales de prime abord se transforment rapidement en amitié, où le témoignage de ma foi peut également prendre sa place.

Nous sommes des êtres de relation et cela se retrouve dans tous les secteurs de nos vies, même commerciales !

CJ

 

Share This