L’église s’est mise dans quelle ornière? - Témoins

Recherche innovation

Culture Société

Actualités

Galeries

Vie Spiritualité

Qui sommes nous ?
Sélectionner une page

Pour commencer et pour vous faire “sentir” ou toucher du doigt la difficulté entre la gestion de l’émotion et la maîtrise raisonnée de la réalité, je propose un petit jeu. Faites-le avant de continuer à lire, parce que une partie de ma démonstration repose sur cet exercice et vous ne comprendrez pas mon explication sans cela.  

 

1. Prenez une feuille de papier, un crayon, un feutre ou un stylo.
2. Tracez un profil de personne (front, nez, menton, comme sur l’exemple suivant). Pour les gauchers,c’est l’inverse.
    2.                     3. Ajoutez un trait                     4. Et maintenant, tracez le
                              en haut et en bas.                       même profil en miroir.

 

Le résultat final est la forme d’un vase.

 

 

En dessinant, le profil à droite, vous avez utilisé le cerveau gauche. En réalité, c’est plus complexe comme processus et je me permets de caricaturer la réalité pour mieux la faire comprendre. Pour simplifier, disons que vous faites fonctionner une partie du cerveau dédiée à la gestion de l’aspect logique, analytique, linéaire de la réalité. Pour nous chrétiens, c’est avec ces fonctions du cerveau que nous comprenons les doctrines, les échafaudages théologiques, les raisonnements bibliques. Nous lisons. La lecture est un processus analytique, pas, en premier lieu, un processus émotionnel. Nous analysons le texte biblique. Nous l’étudions. Nous le déconstruisons avant de la reconstruire. Tout notre vocabulaire d’église est lié à l’hémisphère gauche de notre cerveau : lecture, étude de la Bible, enseignement, explication, école du dimanche, professeur de théologie.

Par contre, lorsque vous dessinez le profil en miroir, vous changez complètement de stratégie de dessin. Vous essayez de mesurer les distances, les espaces pour reproduire le dessin à l’envers. Ce n’est pas ce que vous avez appris qui entre en ligne de compte, mais la manière dont vous ressentez les courbes et les distances. Vous utilisez une autre partie du cerveau: celle de l’hémisphère droit. Dans cette partie nous gérons le spatial, les espaces. le symbolique, l’artistique, les dons du St Esprit. Nous développons l’intuitif. Nous reconnaissons, par exemple, les visages.

La culture nous formate

Je ne vais pas pousser plus loin cette exploration “scientifique”, mais plutôt attirer l’attention sur le fait que dans nos églises et dans notre vie spirituelle, nous n’utilisons pas les deux hémisphères en même temps et avec la même intensité, et que très souvent nous sommes prisonniers de notre culture, qui elle n’englobe jamais, d’une manière équitable, les activités du cerveau gauche et droit. Ce problème vient du fait que certaines parties de notre cerveau sont fortifiées ou affaiblies par les instruments culturels et surtout par les leviers technologiques de la culture dominante. L’imprimerie, un levier technologique puissant, nous a formaté dans le passé comme les nouveaux leviers, propulsés par l’électricité, à travers la radio, la télé, internet vont changer durablement nos habitudes d’apprendre, de transmettre et même notre manière de penser. Ces leviers n’utilisent jamais totalement l’ensemble des facultés du cerveau. C’est bien là le hic. Ce n’est pas nous qui pouvons piloter à loisirs ces machines intelligentes, mais ce sont elles qui “creusent”, en nous, des ornières dont nous ne pouvons pas nous extraire. Un peu comme les roues de la voiture dans des ornières très profondes.

La  culture nous formate et nous fait “boiter”. Ou bien nous sommes majoritairement des personnes utilisant l’hémisphère gauche ou bien nous privilégions le cerveau droit. En d’autres termes, les uns (les gauchistes) aiment la doctrine, ce qui est droit, carré, compréhensible intellectuellement parlant, raisonnable, froid, bien charpenté. Ils aiment lire. Les “droitiers” sont des artistes. Ils “nagent” dans les ambiances. Ils ont des rêves, des visions. Le silence est habité, tandis que pour le gauchiste, il est vide! L’émotion est un langage pour l’hémisphère droit, tandis que le gauche n’y voit que du toc toc sous la bretelle.

L’église investit énormément dans la production de textes, de livres, d’articles (comme le mien!). Nos instituts et nos facultés de théologie sont des lieux de formation qui utilisent encore majoritairement l’hémisphère gauche, sans s’apercevoir que cet hémisphère “s’atrophie” pour laisser la place à la prédominance de l’hémisphère droit. Pire encore, nos pasteurs sont formés à utiliser leur côté gauche, alors que la majorité des croyants se trouvent du côté droit. Ces derniers veulent “sentir” la foi, comme vous avez dû travailler avec votre ressenti pour dessiner le profil en miroir. Beaucoup de conflits dans nos églises sont des conflits entre le cerveau gauche et le cerveau droit et n’ont aucune base théologique ni spirituelle. Ou très peu. Ou disons que si encore des histoires d’égo s’y mêlent, c’est la catastrophe.

Apprenons à connaître avec quelle partie du cerveau nous préfèrons fonctionner. Cela nous apprendra à savoir à l’avance où il ne faut pas mettre les pieds et si jamais dans une rencontre, nous ne sommes pas satisfait, demandons-nous toujours dans quelle ornière nous roulons, avant de pester sur les autres qui ont emprunté une ornière qui n’est même pas parallèle à la nôtre.

Henri Bacher

Share This