Recherche innovation

Culture Société

Actualités

Galeries

Vie Spiritualité

Qui sommes nous ?
Sélectionner une page

Annoncer l’Evangile !
L’Eglise Réformée de France en mouvement.

Au sein de l’Eglise Réformée de France, se développe aujourd’hui un courant qui rappelle combien l’annonce de l’Evangile est au centre de la mission de l’Eglise. Ce courant a organisé le 30 juin et 1er juillet 2006, un forum ayant pour thème : Evangélisation, de la parole aux actes (1). Cette année, il organise à nouveau, à Paris, le 29 et 30 juin 2007, un forum-atelier sur le thème : Qui le leur dira ? (2).
Un des organisateurs de ces rencontres, Christian Tanon, pasteur à Reims, répond ici à quelques questions qui permettent de mettre en perspective cette initiative.

A quel objectif l’organisation de ces forums répond-elle ?

Pendant de longues années l’Eglise réformée, dont je suis, a été mal à l’aise avec l’idée d’évangélisation. Pour deux raisons essentiellement : ce mot évoque les méthodes de nos frères protestants évangéliques et/ou charismatiques, méthodes qui heurtent la sensibilité de beaucoup de nos membres. La 2ème raison plus ou moins avouée c’est que nous n’osons pas témoigner de notre foi, ni en public, ni « entre quatre yeux » dans la vie de tous les jours. Pudeur protestante ? Peur d’imposer nos vues ? Foi mal assurée ? Les raisons sont multiples.
Or depuis quelques années à peine, l’Eglise réformée dans ses synodes nationaux et régionaux, reconsidère l’évangélisation sous un autre angle : c’est la mission essentielle de l’Eglise. Pour redynamiser nos paroisses, dont certaines sont en difficulté, il convient de se donner un projet de vie, et ce projet de vie doit être centré sur l’annonce de l’évangile au monde. Ces forums répondent à un objectif : passer de la parole institutionnelle, représentée par nos synodes, aux actes. Sachant qu’il existe déjà des expériences ici ou là d’évangélisation, mais qu’elles sont mal connues.

Visée du forum initial de 2006 :

Le 1er forum national avait pour objectif de « banaliser » le mot évangélisation, et faire tomber les a priori. L’évangélisation, mission essentielle de nos Eglises, n’a rien à voir avec le prosélytisme. Dans le dernier cas, on cherche à rallier une personne à son camp, en insistant si besoin. L’évangélisation propose, mais n’impose pas. Le forum a pu montrer que l’évangélisation était parfaitement compatible avec les valeurs d’ouverture qui caractérisent nos Eglises issues de la Réforme. Il s’agit d’accueillir toute personne, qu’elle ait des doutes ou non, et quelle que soit sa manière d’exprimer sa foi, et de s’interdire toute pression à la « conversion ».
Le forum a eu en outre le mérite de présenter des cas concrets de projets d’évangélisation réussis. Les évaluations furent très positives, et les participants ont demandé un 2ème forum plus orienté « applications pratiques ». Autre retombée du 1er forum national : les Régions ont été interpellées pour organiser à leur échelon des rassemblements et colloques sur le même thème, ce qu’elles ont fait pour la plupart.

Qu’attendez-vous du 2ème forum ?
Le 2ème forum de Juin 2007 « Qui le leur dira ? » a la même finalité que le 1er, mais il est délibérément orienté sur des applications concrètes. Les ateliers sont plus nombreux et surtout plus étalés dans le temps (presque 2 h 30 ) sur des thèmes pratiques comme : les petits groupes d’évangélisation, les Cours Alpha, les groupes de quartier, l’école du témoignage (comment témoigner au quotidien ?), la famille, premier lieu d’évangélisation, témoigner auprès des autorités, annoncer l’évangile auprès des jeunes, etc…. Il comporte aussi des temps de prière et de louange, pour bien replacer notre projet dans celui du chef de notre Eglise, Jésus Christ. Nous aurons réussi notre rencontre si les participants repartent encouragés, avec des idées nouvelles, et des envies de faire quelque chose sur le plan local.

Dans quelle perspective à plus long terme vous placez vous ?
Précisons avec force que la démarche qui est proposée se veut inclusive, et non pas exclusive ; elle se veut inclusive des différentes facettes et orientations théologiques qui font la richesse de notre Eglise. C’est l’ensemble du protestantisme, et pas seulement son aile « évangélique » ou « confessante », ou « charismatique », qui est concerné.

Dans le combat qui est le nôtre, ne nous trompons pas de front ! Nous n’avons pas à défendre telle orientation et à combattre telle autre (sauf si elle s’écarte manifestement du message central de l’Evangile).
Ce que nous avons à combattre aujourd’hui au sein de nos communautés, c’est trois choses :
– le défaitisme, qui voit dans la lente décroissance des effectifs un mouvement inéluctable,
– la fausse pudeur, qui revient à garder pour soi le trésor de foi que nous avons reçu,
– l’esprit de confort arrogant, qui revient à dire : « nous sommes bien entre nous ; pourquoi aller vers les gens de l’extérieur, puisqu’ils se rendront un jour à l’évidence que nous avons raison ? »
Voilà notre triple défi : espérer (contre toute attente), oser (affirmer nos convictions), sortir (de nos conforts)…. tout en respectant les différences des approches théologiques et méthodologiques.
Pluralisme et conviction doivent ici se conjuguer.

Comment cette expérience s’inscrit-elle dans votre itinéraire personnel ?

Mon itinéraire est un peu atypique : après 30 années de carrière dans la grosse industrie (construction aéronautique surtout), j’ai décidé à l’âge de 53 ans de quitter mon poste (j’étais Directeur de l’organisation d’Aerospatiale-Matra, avant la fusion avec le partenaire allemand pour donner EADS) pour faire des études de théologie et devenir pasteur. C’est le profond désir de partager ma foi qui m’a décidé, après 20 ans de mûrissement dans l’ERF, en particulier comme conseiller presbytéral (et Président) pendant 12 ans au sein d’une paroisse de la Région parisienne.
Pour moi, partager la foi, c’est une joie. Je rencontre de nombreuses personnes qui sont en recherche, et qui attendent un témoignage véridique de l’œuvre de Dieu dans la vie des uns ou des autres. J’ai appris à surmonter ma pudeur naturelle, forgée dans une famille protestante « classique ». J’ai introduit des parcours Alpha au sein de l’Eglise Réformée de Reims. La réputation de ces cours d’être « évangéliques » ou « charismatiques » n’est pas du tout fondée. En outre, les animateurs ont tout le loisir d’adapter le contenu et le style. (j’ai ré-écrit le livre de Nicky Gumbel « les Questions de la Vie », dans une version adaptée à la culture ERF). Ce qui compte dans les cours Alpha, c’est la convivialité, l’animation des petits groupes, l’enseignement de l’Evangile, le week-end à mi-parcours, et l’absence de toute pression sur les participants. Et cela marche ! Quatre personnes ont demandé le baptême à l’issue des cycles (nous avons deux cycles par an). D’autres sont toujours en recherche… c’est normal.
Toutes ces expériences et d’autres dans les paroisses de l’ERF ou chez nos frères luthériens m’encouragent à poursuivre mon action dans ce mouvement, qui je le crois sincèrement, n’est pas un courant particulier de nos Eglises, mais s’inscrit dans une dynamique beaucoup plus large.

(1) De la parole aux actes. Forum Evangélisation 30 juin et 1er juillet 2006. Eglise réformée du Marais. Paris. Actes du forum. Disponible chez : Onésime 2000. 1, Rue Mireille. 13190 Allauch. Tél : 04 91 68 35 99. contact@onesime2000
(2) Qui le leur dira ? Forum-ateliers. Du vendredi 29 juin, 18h au samedi 30 juin, 17h. Eglise Réformée de l’Oratoire du Louvre. 145, rue Saint Honoré 75001 Paris. Inscriptions auprès de Matthieu Arnera Tél 03 23 08 38 31 ; 06 86 75 65 28. matthieu.arnera@tele2.fr