Sélectionner une page

Interview de Valérie Duval-Poujol  sur le « Nouvel Atlas de la Bible ». *

 

À quoi sert un Atlas de la Bible ?

Tout lecteur de la Bible réalise que les textes bibliques fourmillent de données géographiques, que ce soit des noms de pays, de fleuves, de villes. Souvent, on traite ces données comme des accessoires, leur accordant peu d’attention afin de se concentrer sur les événements eux-mêmes. Or l’Atlas, en replaçant ces données géographiques dans leur contexte, en les mettant en lien , en les classant, montre combien ces données ne sont pas du tout secondaires mais au contraire, contribue au sens même du texte.

 

Pourriez-vous nous donner des exemples ?

Une même ville peut être citée en plusieurs endroits de la Bible sans que le lecteur fasse le lien, car parfois les mêmes toponymes connaissent des évolutions au fil de l’histoire. L’Atlas permet de rapprocher des textes qui évoquent les mêmes lieux et ainsi de retrouver le réseau de sens voulu par les auteurs. Par exemple la ville de Jaffa où Jonas s’enfuit vers Tarsis pour éviter d’aller annoncer la bonne nouvelle aux ennemis de Ninive est aussi celle de Joppé où Pierre dans le livre des Actes reçoit en vision, pendant sa sieste, l’ordre d’aller porter la bonne nouvelle aux non-Juifs. L’Atlas permet de faire le rapprochement entre ces deux villes où le même appel d’aller parler aux Non-Juifs a été reçu de manière différente par Jonas et par Pierre bien des siècles plus tard.

De même la lecture des Evangiles prend tout son relief si on peut suivre sur une carte l’itinéraire de Jésus et de ses disciples. On comprend par exemple son attachement à la maison de Marthe, Marie et Lazare, seulement à 3 km de Jérusalem.

 

Comment se présente cet outil ?

Les données géographiques sont présentées sous forme de cartes en couleur, de tableau de synthèse, illustrées par des photos de sites ou découvertes archéologiques, le tout classé dans l’ordre des livres bibliques afin que le lecteur se repère facilement. Un index final détaillé permet aussi de retrouver facilement le lieu ou nom propre que l’on recherche.

 

Pourquoi un nouvel atlas ?

On ne peut que se réjouir qu’il existe déjà des livres permettant de mieux connaître l’environnement biblique. Celui-ci présente l’avantage de tenir compte des dernières découvertes archéologiques, d’offrir des cartes par satellite et d’une mise en page moderne à la fois pratique et esthétique.

 

Quel est le public d’un tel Atlas ?

Il s’adresse à tout lecteur des textes bibliques qui souhaite mieux les comprendre, qu’il s’agisse d’une première découverte de ces textes ou d’une étude plus approfondie. Il constitue également une excellente initiation à la lecture de la Bible pour un lectorat qui n’ayant pas de culture biblique peut l’utiliser comme porte d’entrée. Un tel Atlas permet de découvrir ou de redécouvrir les récits bibliques. Pour prendre une image du cinéma, lire les textes sans repères géographiques correspondrait à voir un film en 3D sans lunette appropriées !

 

L’Atlas couvre-t-il toute la Bible ?

Oui, il présente autant la géographie du croissant fertile où tout commença selon les récits bibliques, celle plus précise de Canaan, des royaumes d’Israël et de Juda, celle des empires mentionnés dans l’Ancien Testament (tant assyriens que babyloniens ou perses) mais aussi pour la période intertestamentaire l’Empire d’Alexandre et les cartes relatives aux rois hasmonéens et l’arrivée au pouvoir d’Hérode le Grand. Puis, pour le Nouveau Testament sont à la fois présentées les trajets du ministère itinérant de Jésus, les voyages de Paul et une présentation des villes qu’il a visitées, jusqu’à la diffusion du christianisme dans tout l’empire.

Interview, pour TEMOINS, de Valérie Duval-Poujol  sur le « Nouvel Atlas de la Bible ».

 

* Valérie Duval-Poujol est théologienne et bibliste. Elle enseigne le grec biblique à l’Ecole de 

Langues et Civilisations de l’Orient Ancien dont elle est directrice adjointe. Son domaine de recherche concerne « la Septante », sujet de sa thèse en histoire des religions et en théologie.. Elle a rédigé une introduction à la lecture de la Bible : 

« Dix clés pour comprendre la Bible ». (Empreinte, 2011) et coécrit avec Jacques Poujol, plusieurs livres concernant la vie chrétienne. Cette compétence lui permet de répondre ici aux questions de Témoins sur le « Nouvel Atlas de la Bible ».

Le « Nouvel Atlas de  la Bible » réalisé par Nick Page vient d’être publié aux Editions Empreinte temps présent (mars 2013). ** Voir le site des éditions Empreinte Temps présent ** .

 

 

Share This