Jean Lagarde (1923-2006)Une démarche chrétienne interconfessionnelle - Témoins

Recherche innovation

Culture Société

Actualités

Galeries

Vie Spiritualité

Qui sommes nous ?
Sélectionner une page

Jean Lagarde, membre fondateur du Centre Chrétien Interconfessionnel et de Témoins, a quitté cette vie terrestre pour entrer dans un autre mode de relation avec notre Dieu. Un ami de Jean retrace brièvement son parcours.

Jean Lagarde (1923-2006) a quitté ce monde terrestre mercredi 27 septembre 2006 au matin.

Pour avoir vécu avec lui un partage amical pendant de longues années et participé pendant un temps à une aventure commune dans l’Esprit de Jésus, nous voulons rendre témoignage de tout ce qu’il a apporté à tant d’amis, à tant de gens.

D’abord ingénieur, Jean est devenu permanent dans le scoutisme durant les années 50, puis il est entré dans une grande société publique de construction immobilière, la SIC, chargé au départ de l’étude des problèmes humains des grands ensembles. C’est dans cette fonction que nous l’avons rencontré au début des années 60. Qui n’aurait pu entrer en sympathie avec un homme si dynamique et si chaleureux ! Mon épouse, Odile, et moi même, nous avons très vite développé avec lui et Françoise, son épouse, une amitié forte et durable. Cette chaleur humaine et la sympathie qu ‘elle engendrait, ont été une constante tout au long de la vie de Jean. Et il vivait sa vie chrétienne sur le même registre en mettant ainsi l’amour du prochain au cœur de sa vie.

Dans les années 60, Jean et Françoise, militaient dans cet esprit au sein de leur paroisse catholique. Lorsqu’au début des années 70, ils perçurent la crise qui commençait à apparaître au sein de l’institution, ils participèrent avec quelques amis à un groupe de partage et de recherche pour une vie chrétienne plus en phase ave leurs aspirations spirituelles. Et c’est à travers ce petit réseau qu’ils rencontrèrent le Renouveau charismatique à ses débuts en France. Cette rencontre eut pour eux une importance décisive. Dans la vie de l’Esprit et la communion fraternelle qu’elle suscite, Jean et Françoise découvrirent une relation intime et personnelle avec le Seigneur Jésus et la dimension du projet de Dieu telle que la Parole Biblique nous la révèle. Une dynamique en ressortait. Dans la communion spirituelle, Dieu en Jésus-Christ se rend proche. Il agit, il libère, il guérit. Après une période de militantisme ou ils avaient beaucoup donné du leur, Jean et Françoise avait besoin de ressourcement et de guidance dans leur existence personnelle et familiale. Ils trouvèrent une réponse à leurs besoins dans cette vie nouvelle .

Comment ne pas annoncer une si belle et si joyeuse découverte ! Et, dans le même temps, au travers des rencontres, l’univers s’élargissait et s’étendait. L’Esprit Saint agissait dans des Eglises différentes. La communion spirituelle se manifestait à travers des expressions chrétiennes variées. A partir du petit groupe de partage initial, un groupe de prière charismatique se développa rapidement adoptant d’emblée une orientation interconfessionnelle. Les qualités de Jean, son empathie et son expression chaleureuse s’inscrivirent dans cette dynamique et y firent merveille. Jean et Françoise se trouvèrent tout naturellement responsables de l’animation du groupe. Les fonctions assumées par Jean au cours de son itinéraire professionnel, en particulier sa fonction de permanent dans le scoutisme, le préparaient à assumer un leadership. Les réseaux antérieurs de Jean Lagarde furent contactés. Jean amena de nombreux amis au partage de la découverte d’un Dieu vivant et agissant. Mais, dans le même temps, à travers des rencontres nouvelles, la communion fraternelle s’inscrivait également dans la participation à des milieux chrétiens jusque là peu connus du groupe initial, notamment des milieux évangéliques et pentecôtistes qui purent communiquer toute la profondeur de leur expérience biblique. Ainsi s’établirent des amitiés fécondes et durables. Dans ce bref aperçu, nous ne citerons pas de noms, pour ne pas en oublier, car ils sont très nombreux. Chaque année, Jean et Françoise étaient présents dans de grands rassemblements comme la Convention charismatique interconfessionnelle à la Porte Ouverte, puis au Centre Chrétien de Gagnières.

Pendant une dizaine d’années à Chatenay Malabry, Jean et Françoise ont accueilli chaque semaine, dans leur appartement, un groupe de prière interconfessionnel qui avait pris le nom de « Sénevé ». Dans la communion fraternelle, ces rencontres étaient informelles avec des temps alternés de chants, de prières, de lectures bibliques, d’échanges. Les participants s’en trouvaient nourris et fortifiés spirituellement., souvent encouragés et réconfortés par des exaucements à leurs prières. Dans cet appartement comme dans leur maison dans le village de Machault, Jean et Françoise ont constamment fait preuve d’un accueil attentif et chaleureux. Cet accueil a compté pour beaucoup dans la vie du groupe.

Au milieu des années 80, un contact s’établit entre deux groupes chrétiens , géographiquement voisins, tous deux interconfessionnels : le « Sénevé » d’une part, le » Comité d’Action Chrétienne » d’autre part. Ce dernier, apparu au lycée d’Antony dans les années post-68, rassemblait une jeune génération et conjuguait expression de foi et présence dans les différentes formes de la vie sociale. Quelques membres de chaque groupe s’associèrent pour former le Centre Chrétien Interconfessionnel, aujourd’hui Témoins. Jean Lagarde a ainsi participé à la naissance de ce mouvement, puis il en a suivi et encouragé le développement.

A la même époque, au milieu des années 80, Jean ayant pris sa retraite, Jean et Françoise quittèrent Chatenay et s’installèrent à Etampes. Il y poursuivirent des activités chrétiennes, et notamment les « Montées à Jérusalem ».
Les dix dernières années ont été difficiles, au plan de la santé, pour Françoise d’abord, puis pour Jean. Jean et Françoise durent quitter leur appartement à Etampes pour s’installer en 2002 dans une maison de retraite à Rambouillet. La forte affectivité de Jean qui, tout au long des années, s’est investie dans une générosité inépuisable, a été source également de vulnérabilité. Les épreuves se firent de plus en plus lourdes. Jean et Françoise trouvèrent un soutien auprès de leurs enfants dans une chaleureuse ambiance familiale. Nous sommes témoins de la foi qui les a animés dans l’adversité. Au cours des derniers mois de sa vie terrestre, Jean a manifesté beaucoup de courage, en s’appuyant sur une foi généreusement vécue. La foi de Jean se conjuguait avec l’amour. Un amour exprimé et vécu dans la relation avec les siens, ses amis et les personnes qu’il rencontrait. Ses dernières rencontres se sont ainsi inscrites dans le fil conducteur de sa vie. C’est pour nous une manifestation de l’amour de Dieu. « Aimons nous les uns les autres, car l’amour vient de Dieu. Quiconque aime est enfant de Dieu et connaît Dieu » (I Jean 4 :7). Cette lumière éclaire son passage dans un autre espace ou la communion divine règne pleinement.

Ainsi, nous qui avons connu Jean Lagarde sur cette terre, nous partageons la mémoire d’une grande aventure commune vécue dans l’Esprit. Ce texte en rappelle le mouvement. Jean a largement contribué à l’émergence d’une mouvance chrétienne interconfessionnelle. Dans ce cadre, il a participé à la création de Témoins et il en a encouragé le développement. Il est juste que nous lui exprimions ici notre reconnaissance pour son témoignage de foi et d’amour.

Jean Hassenforder
02 10 06

Share This