Recherche innovation

Culture Société

Actualités

Galeries

Vie Spiritualité

Qui sommes nous ?
Sélectionner une page

Le printemps, un temps pour admirer le réveil de la nature. Et donc, un temps aussi pour nous émerveiller devant l’oeuvre du Créateur.
“La beauté de la nature ne nous parle pas seulement d’un Dieu qui nous nourrit par sa création, mais aussi d’un Dieu artiste qui a créé pour nous restaurer spirituellement par cette simple contemplation… Nous avons trop ignoré cette dimension humaine et spirituelle fondamentale”, écrit Malcolm White, pasteur à Valence. “Je rencontre assez souvent des gens qui se disent détachés de toute croyance, sauf quand ils sont dans la nature. Beaucoup disent que c’est là seulement qu’ils se sentent proches de Dieu, alors qu’ils n’ont que des idées très vagues sur lui…
S’émerveiller devant la beauté d’une fleur, d’un oiseau, d’un arbre, c’est aussi changer le monde, parce que la contemplation de la beauté me change, me rapproche de Dieu, me rapproche de tous ceux qui sont sensibles à la beauté”(1).

L’association A Rocha est une ONG chrétienne pour la conservation de la nature. Le nom de l’association est tiré du portugais “Rocha” et se réfère à un premier site d’études près du delta de l’Alvor au Portugal (2). A l’heure où les chrétiens du monde entier reconnaissent le besoin urgent de protéger et même de restaurer les milieux naturels (3), A Rocha constitue un réseau international à l’oeuvre dans plusieurs continents.
En France, A Rocha a créé un site d’études et un lieu d’accueil en Provence. C’est le Centre des Tourades, à 15 minutes en vélo d’Arles (4).

Aujourd’hui, sur ce site, A Rocha France développe un nouveau projet : la création d’un jardin nature, “Entre Ciel et Terre”.
“Ouvert à un large public, ce jardin deviendra un outil de réflexion, de contemplation et d’action en faveur de la nature dans ce qu’elle nous offre de plus beau et d’utile”.
Sophie Tron, responsable de la conduite de ce projet au sein de l’équipe d’A Rocha France, nous décrit ce projet en des mots évocateurs :
“Entre Ciel et Terre”, parce que c’est un vaste espace de biodiversité : des oiseaux aux coccinelles en passant par les hérissons et d’autres mammifères, des prairies fleuries aux bois d’oliviers en passant par les micocouliers sans oublier l’eau apportée par la pluie ou le ruissellement.
“Entre Ciel et Terre”, c’est aussi partir à la découverte des sens : la lumière, le vent, les odeurs et les murmures alliés aux chants que la nature possède pour s’exprimer.
“Entre Ciel et Terre” consiste à aménager un sentier de découverte à travers lequel tout le monde aura le loisir de s’émerveiller”.
Et, bien sûr, la finalité scientifique est également présente. “Situé au coeur même du Centre d’études de l’environnement d’A Rocha France, “Entre Ciel et Terre” se prête également aux suivis et études de recherches scientifiques : recensement des oiseaux, développement de la flore locale, reconquête des papillons, amélioration de la qualité de l’eau. Ce panel d’indicateurs écologiques est ainsi le témoignage de l’évolution de la biodiversité qui, s’il s’avère positif, garantit aussi notre engagement”(5).
A Rocha France offre déjà un programme de journées à la découverte de l’environnement. Ce beau projet est un trait d’union entre les nombreuses activités en cours. Un projet à encourager et à soutenir.

Coordonnées d’A Rocha France
A Rocha France. Les Tourades. 233, Route de Coste Basse. 13200 Arles.
Tél: 04 90 96 01 58
Mail: france@arocha.org
Site web : www.arocha.org

(1) White (Malcolm). La nature, un hymne à la beauté. A Rocha France, numéro spécial, hiver 2005

(2) L’histoire et la dynamique d’A Rocha sont relatées par son fondateur, Peter Harris, dans une auto biographie attachante: “Ce livre, subtil mélange d’un récit passionnant et de réflexions pragmatiques sur la protection de la nature, ravira les amateurs de belles histoires et tous ceux qui cherchent à développer une vie harmonieuse avec leur entourage et la nature”.
Harris (Peter). Foi d’écolo. Une vie de famille devient mouvement pour l’environnement. Editions Farel, 2005

(3) Voici quelques jalons dans la prise de conscience des implications écologiques de la parole biblique et de la foi chrétienne.
*En France, sous le titre: “Le rire de l’univers”, une anthologie de textes du théologien Jurgen Moltmann développe une vision théologique de la création. A l’initiative de ce livre, Jean Bastaire a écrit plusieurs ouvrages sur ce thème, et publie dans la revue “Etudes”, un remarquable article: “L’exigence écologique chrétienne”. “L’écologie est un signe des temps pour l’Eglise. Elle lui pose une question qui est loin encore d’être entendue dans sa profondeur révolutionnaire. Révolutionnaire pour la foi chrétienne, que l’écologie incite à un retour aux sources en même temps qu’à un surgissement de l’Esprit pour de nouveaux développements du salut en Christ. Mais révolutionnaire aussi pour l’écologie, que l’Eglise à son tour interroge sur son sens originel et sa destination finale” (p.203).
*Moltmann (Jurgen). Le rire de l’univers. Traité de christianisme écologique. Anthologie réalisée et présentée par Jean Bastaire. Cerf, 2004
* Bastaire (Jean). L’exigence écologique chrétienne. Etudes, septembre 2005, p.203-211.

* En Grande-Bretagne, saluons la parution d’un livre d’Alister McGrath, qui présente une histoire de la pensée occidentale vis à vis de la nature. Elle sort aujourd’hui progressivement de l’emprise de l’anthropocentrisme hérité du XVIIIè et du XIXè siècle. L’auteur met en valeur une dynamique de ré-enchantement et propose une vision théologique de la création.
* McGrath (Alister). The re-enchantement of nature. Science, religion and the human sense of wonder. Hodder and Stoughton, 2003

* Aux Etats-Unis où le pouvoir politique a jusqu’ici gravement méconnu les exigences écologiques, accueillons comme une bonne nouvelle le manifeste:”Le changement climatique. Un appel évangélique à l’action”. Le 8 février 2006, plus de 85 personnalités évangéliques ont apporté leur soutien à cette campagne. (Christianity today, april 2006, p.21).

(4) Un article, paru dans l’hebdomadaire “La Vie” et déjà rapporté dans la rubrique: actualités de ce site : Seguier (Etienne). Les oiseaux du ciel. La Vie, N° 31, 13 juillet 2005, p.60-63.

(5) A Rocha France. Numéro spécial, hiver 2005