Faire connaissance avec "Culture-Environnement-Médias" … - Témoins

Recherche innovation

Culture Société

Actualités

Galeries

Vie Spiritualité

Qui sommes nous ?
Sélectionner une page

Témoins vous invite à découvrir le parcours original, à la fois scientifique, littéraire et écologique du fondateur et directeur de l’association Culture-Environnement-Médias.

Frédéric Baudin, vous êtes l’un des membres fondateurs et le directeur de l’association Culture-Environnement-Médias (CEM) : quelles sont les raisons qui vous ont conduit à réaliser ce projet ?

Après un temps passé dans la recherche scientifique (écologie), le journalisme religieux puis dans l’enseignement général, je recherchais une structure qui me permette de développer un travail entrepris en parallèle, souvent bénévole, depuis une bonne dizaine d’années : l’écriture et les conférences.
J’avais alors publié une biographie, mais je souhaitais disposer de temps pour écrire et pour partager les connaissances que j’avais acquises dans le domaine culturel, en particulier en écologie et en littérature. J’abordais ces thèmes dans une perspective chrétienne et les invitations étaient de plus en plus nombreuses, il me fallait donc trouver un nouveau cadre professionnel. Plusieurs amis m’ont alors encouragé et accompagné pour créer l’association CEM, dont le président, Pierre Berthoud, doyen et professeur de la Faculté Libre de Théologie Réformée d’Aix-en-Provence.

Entre la littérature et l’écologie, le rapport n’est pas évident : quelle est votre formation ?

J’ai d’abord étudié la biogéographie et l’écologie à la Sorbonne et au laboratoire de biogéographie de l’ENS St-Cloud puis à la Faculté des sciences Saint-Jérôme à Marseille ; j’ai poursuivi mes études en lettres modernes à l’Université de Provence et la théologie à la Faculté de théologie d’Aix-en-Provence. Après deux thèses de doctorat avortées en écologie et en littérature (je ne suis décidément pas l’homme des détails !), j’ai choisi d’écrire et de m’exprimer plutôt que de poursuivre une recherche qui semblait me mener dans une impasse professionnelle. J’ai travaillé un temps à l’INRA pendant cette période (écodéveloppement à Montfavet-Avignon), mais comme je viens de l’évoquer, je souhaitais alors mettre mes connaissances au service des chrétiens et recevoir leurs lumières (et celles des non-chrétiens, d’ailleurs !) sur les sujets qui me tenaient à cœur, afin de renouveler notre regard sur la culture et sur les questions écologiques.

Quelles ont été alors les étapes décisives de la création de CEM ?

J’ai d’abord participé avec enthousiasme aux activités du Parvis des Arts (anciennement Espace Art et Vie) à Marseille, où j’ai beaucoup reçu lors des conférences et des rencontres d’artistes organisées régulièrement par cette association. Puis j’ai écrit mes premiers livres, un essai sur Jacob, Léa et Rachel (ed. Excelsis), un récit de la Passion et un roman, En quête de l’infime, couronné par le prix des auteurs protestants francophones décerné par La Cause en 1998. Cette même année, j’ai rencontré le pasteur anglican Peter Harris, directeur de l’association internationale A Rocha, qui venait de s’installer en Provence. Il avait passé quinze ans dans l’Algarve, au sud du Portugal (A Rocha signifie Le Rocher en portugais), où il avait lancé un projet de protection de la nature avec une orientation chrétienne. Ce premier centre chrétien d’études scientifiques et de sensibilisation à l’environnement commençait tout juste à rayonner hors du Portugal. Or, nous étions sur le point de déclarer officiellement l’association CEM pour « promouvoir les valeurs chrétiennes dans les domaines la culture, l’environnement et les médias ». Nous souhaitions recueillir ainsi des fonds afin de développer mon activité de conférencier et d’écrivain dédiée à cette fin (il est décidément difficile de vivre de ses droits d’auteur !). Une fois l’association constituée, il a été décidé que la branche « environnement » de CEM serait également destinée à lancer le projet A Rocha en France. L’année suivante, en avril 2000, nous avons créé A Rocha France avec le même comité de base que CEM ! Les deux associations restent complémentaires et nous avons souvent l’occasion de travailler ensemble.

Quels sont les sujets que vous abordez dans vos conférences ?

Le thème le plus demandé est « Bible et écologie » : les questions écologiques sont aujourd’hui largement débattues dans notre société. Mais on n’abordait, jusqu’à ces dernières années, que très rarement ce sujet dans nos églises ou associations chrétiennes. Or, les chrétiens peuvent aussi montrer leur préoccupation pour la protection de l’environnement en fondant leur réflexion et leur action sur les injonctions bibliques : « Remplir, dominer, soumettre, cultiver et garder la terre… » Il faut cependant bien comprendre ces termes, qui ont souvent prêté à confusion. Il s’agit surtout de prendre soin de la création, avec amour et discernement, pour le bien des hommes et de la nature, et pour la gloire de Dieu ! Il est urgent de donner l’exemple d’une saine gestion des ressources de la planète et de rappeler des solutions pratiques, à la portée de chacun, pour contribuer à préserver et transmettre notre patrimoine naturel aux générations futures.

C’est aussi le thème de mes deux derniers livres. Dans l’essai, D’un jardin à l’Autre (ed. CEM, 2006), je développe le thème du jardin dans la Bible en suivant une thèse très simple : plus nous sommes en communion avec Dieu, plus nous prenons soin du « jardin », de la terre que nous cultivons (au sens large !) et gardons. Nous pouvons ainsi répondre à notre vocation de bons gérants des richesses naturelles et des autres dons humains et spirituels qui nous sont offerts pour le bien du plus grand nombre. Protéger notre environnement, c’est aussi une façon d’aimer Dieu et nos semblables.
J’ai repris et révisé le cœur de cet essai sur les jardins dans un livre beaucoup plus court, « Dieu est-il vert ? » publié par les éditions CroirePocket (juin 2007). Dans cet ouvrage grand public, je n’aborde que les questions écologiques actuelles, sous un angle pratique, sans trop m’attarder sur les considérations théologiques qui forment le soubassement de cette réflexion et de notre action dans ce domaine.

Dans le même sens, je traite également la question des rapports nord-sud et de l’aide humanitaire, sans m’éloigner des problèmes liés à l’environnement, très sensibles dans les pays en développement. Les inégalités entre pays riches du nord et pays pauvres du sud sont hélas évidentes. Une analyse de la situation actuelle et des données bibliques permet d’identifier les forces et les faiblesses des solutions proposées. Je présente toujours à cette occasion le Service d’Entraide et de Liaison (SEL), oeuvre humanitaire chrétienne à laquelle j’apporte mon très modeste soutien depuis de nombreuses années dans le cadre de l’Alliance Évangélique Française.

En second lieu, on me demande assez souvent de traiter le thème « Jésus dans la culture contemporaine » : Cette conférence permet de mieux connaître les différentes figures de Jésus esquissées de nos jours par les artistes dans la littérature, le cinéma, le théâtre, mais aussi par les théologiens et historiens chrétiens ou encore par divers courants religieux et philosophiques, comme le Nouvel Age, ainsi que dans le fameux Da Vinci Code ! Jésus et son message, présentés dans les Évangiles, restent cependant à découvrir…

Enfin, je suis plus rarement sollicité, en général par des groupes d’étudiants ou par certains milieux culturels et universitaires, pour évoquer la littérature d’inspiration chrétienne ou la philosophie de Blaise Pascal. Au cours des années 1920-1930, en France, des écrivains comme André Gide, François Mauriac et Georges Bernanos, des critiques littéraires comme Jacques Rivière ou Albert Thibaudet, ont apporté chacun leur contribution, souvent contradictoire, à la réflexion sur la foi chrétienne et son expression littéraire. Je trouve intéressant de tirer les leçons de cette histoire littéraire très riche, qui peut nous aider aujourd’hui encore à trouver des solutions pour produire des œuvres de qualité et éviter les œuvres de propagande, les romans à thèse, souvent mièvres, de qualité médiocre sur le plan littéraire. Quant à Blaise Pascal, je l’aborde en lecteur assidu des Pensées depuis mon adolescence, au lycée, alors que je n’avais encore aucune conviction chrétienne (j’étais bien l’un des rares à l’apprécier parmi les élèves de première !), puis à l’université (Pascal était encore au programme de l’agrégation de lettres dans les années 90) et enfin en tant que chrétien convaincu par son approche originale, qui respecte et dépasse la raison. Pascal souhaitait, en effet, composer une apologie du christianisme (inachevée à sa mort en 1662) en posant les limites de la raison dans la recherche de Dieu pour mieux mettre en valeur la grâce et la révélation divines dans tout cheminement spirituel. Cette étude est aussi une approche de la conversion, vécue et définie par l’un des génies de la culture française. Je trouve normal que l’on joigne presque systématiquement le « mémorial » de Pascal à ses Pensées, ce texte « mystique » où il décrit sur le vif, en quelques mots ou phrases, sa conversion au Dieu d’Abraham, d’Isaac, de Jacob et de Jésus-Christ.

Pour en savoir davantage sur les autres sujets que je peux développer, il est toujours possible de se rendre sur le site de CEM ! (www.cemfrance.org) Enfin, sur ce point, j’ai écrit d’autres livres, romans et essais, comme par exemple « Mon oncle Salomon », un ouvrage de méditations très libres à partir des versets clés du livre de l’Ecclésiaste, que les éditeurs chrétiens ont jugé trop décalé pour le public chrétien et trop atypique dans le paysage littéraire actuel pour un public plus large, auquel il est pourtant aussi destiné… Cela reste pour moi un sujet d’incompréhension et de tristesse…

Il semble que CEM se résume surtout à ce que vous apportez personnellement par vos écrits et vos conférences. CEM aurait-elle cependant des ambitions plus larges ?

Oui, bien sûr ! C’est essentiellement le manque de moyens financiers qui ralentit ou bloque nos projets d’expansion. Je reste actuellement l’unique animateur de CEM salarié (à grand peine et pour un temps très partiel !). Mais nous avons pu créer, l’an passé, une nouvelle association CEM en Île-de-France, en collaboration avec Nicolas Farelly qui dirige le Forum Culturel Protestant dans la région de Saint-Quentin-en-Yvelines. Ce centre a déjà organisé plusieurs conférences et activités culturelles diverses, dont un colloque sur le thème « Christianisme et Politique » à Versailles. Par ailleurs, le site internet de CEM met à disposition des visiteurs les textes de plusieurs conférences ou articles, voire des enregistrements d’émissions de radio (la radio est l’un des médias qui a nettement ma préférence !). J’espère pouvoir ajouter très bientôt d’autres textes de divers auteurs sur la culture et l’environnement, toujours dans une perspective chrétienne. Les liens indiqués sur le site de CEM vont déjà dans ce sens. Ancrée à l’origine dans le protestantisme, CEM collabore volontiers avec les diverses églises chrétiennes, notamment avec les auteurs et conférenciers catholiques. J’espère avoir l’occasion de développer encore ces relations à l’avenir, avec tous ceux qui souhaitent promouvoir les valeurs chrétiennes dans notre culture.

Culture-Environnement-Médias (CEM)
49, av. Paul Cézanne, 13090 Aix-en-Provence.
www.cemfrance.org.
contact@cemfrance.org

CEM-Ile-de-France (CEM-IDF)
Forum Culturel Protestant
21, av. du Centre, 78180 Montigny-le-Bretonneux.
www.forumculturelprotestant.com
forum@cemfrance.org

A Rocha France
Les Tourades, 233, route de Coste Basse, 13200 Arles.
france@arocha.org
www.arocha.org

Bibliographie Frédéric Baudin
Juif errant, Juif héraut, biographie d’Hillel Pokrzywa, juif messianique, Guebwiller, LLB, 1992 (épuisé).
Jacob, Léa et Rachel, Cléon d’Andran, Excelsis, 1996.
Le Messie à dos d’âne, un récit de la Passion, Cléon d’Andran, Excelsis, 1997.
En quête de l’infime, Carrières-sous-Poissy, La Cause, 1998 (Prix des auteurs protestants francophones décerné par La Cause).
D’un jardin à l’Autre, Aix-en-Provence, CEM, 2006.
Christianisme et politique, Paris, Empreinte-Temps présent/CEM, 2007 (ouvrage collectif sous la direction de F. Baudin et N. Farelly).
Dieu est-il vert ?, Paris, CroirePocket, 2007.

Pour commander ces livres : http://www.cemfrance.org/publications.html
Librairies en ligne :
Excelsis : www.xl6.com
7Ici : www.librairie-7ici.com

Share This