Recherche innovation

Culture Société

Actualités

Galeries

Vie Spiritualité

Qui sommes nous ?
Sélectionner une page

Vous êtes habitué(e) à méditer en marchant dans les rues, sur le bord des chemins et le long des trottoirs ? A lire ou à écrire à l’arrière des voitures et dans les trains, dans des cafés ou au fond de votre lit ? Hé ! Bien, où que vous vous trouviez, notre nouvelle édition est faite pour vous, le sommaire et thèmes de prospective pour 2018 vous attendent dans la suite de cet édito. Autant de pistes pour mieux connaître ce qui marche déjà bien en France et penser à s’engager dans ce qui pourrait marcher encore mieux bientôt, peut-être, grâce à chacune et chacun de nous. « Viser plus, demander plus. C’est cela l’espoir : il attend toujours plus que l’effectuable ; nous sommes dépositaires du surplus de l’espoir sur la prospective. » (Paul Ricoeur*) Bonnes méditations💡 DG

Noyé(e) sous l’info ? A chaque nouvelle édition, la Lettre de nouvelles de Témoins vous propose une sélection dans l’actualité de la culture chrétienne émergente et tente de vous proposer ce qui est important, à travers ses rubriques Recherche et innovation, Culture et société, Vie et spiritualité et Actualités. Ce mois-ci : « Culture numérique et spiritualité », par Pierre-Jean Gubert, « Un évènement dans la ville », par Jean Hassenforder, « Pour une théologie en phase avec les questions de notre temps », par Rodolphe Gozegba, et « Mandela et Gandhi. La sagesse peutelle changer le monde ? »…

Mais tout d’abord voici comme annoncé, 8 pistes de réflexion, ces fameux Tops plus ou moins faciles, qui peuvent nous aider, nous faire sourire ou réfléchir, voire même, nous faire avancer !

1. Les vélos à disposition en autonomie
En ce début d’année, plusieurs nouveaux fournisseurs de la deuxième génération de « Vélib’ » à Paris et en province, Smoovengo et Goobee Bike, par exemple, ont du fermer leurs antennes dès janvier, notamment à Reims, Lille et Montpellier, suite à de trop nombreuses dégradations.
Pourtant ce service renforce l’offre des vélos en libre-service dans les grandes villes et en est quelquefois le seul pourvoyeur. Alors, à quand la victoire de ce nouveau mode de transport urbain qui vient de fêter ses 10 ans en France ? Un repère à cultiver soigneusement (lui aussi), en 2018 : David contre Goliath.

2. La réquisition de logements pour les sans-abri
Dans plusieurs pays, l’Etat a calculé qu’un « sans abri coûte plus cher dans la rue que dans un logement. Dès lors, les pouvoirs publics sont en mesure de faire une réquisition des logements vacants pour accueillir les personnes qui vivent dans la rue. C’est notamment le cas de l’Utah, qui applique systématiquement la mesure depuis une dizaine d’années ». En France, malgré les dispositions législatives de 1945 puis 1995-1996, la réquisition des logements vacants ne progresse pas ou très peu, si l’on tient compte du parc d’immeubles vacants, et surtout de l’importance de notre résistance culturelle. La question : « comment échapper à la réquisition de logements vacants » est au Top des requêtes sur Internet. Vous avez dit: résistance culturelle, ou exception française ?

3. Les auberges de jeunesse
Nous avons de superbes auberges de jeunesse en France et de magnifiques gîtes, hôtels, camping et « Air B and B » (du nom de la principale plate forme d’échanges de logements entre particuliers); mais les auberges de jeunesse, en nombre, finalement, nous n’en avons pas tant que ça (152), par rapport à des dizaines d’autres pays dans le monde. Dans les pays d’Europe, d’Eurasie ou encore d’Amérique latine (ou même aux Etats-Unis, à New-York), l’auberge de jeunesse est le système auquel les jeunes ont le plus souvent recours pour voyager dans de bonnes conditions à des prix abordables. Des auberges de jeunesse plus nombreuses en France… où il fait si bon vivre… I have a dream ?

4. La mise en place de conditions carcérales dignes
Cette liste de pistes prospectives a été imaginée fin 2017, c’est-à-dire un mois avant les grèves de janvier 2018 dans les établissements pénitenciers en France, tant les conditions de vie en prison sont devenues un serpent de mer et un enjeu du débat public. Il est certainement temps de s’inspirer des modèles nordiques, où le taux de récidive est bien moindre qu’en hexagone : « la prison doit aussi préparer à la réinsertion et n’est pas simplement un instrument punitif et de prévention ». Dans ces domaines en France, en urgence, les choses sont en train de changer.

5. Le financement du gratuit et de Wikipédia
Étonnement, d’après une étude, citée par Topito, seuls 11% des utilisateurs français de Wikipédia se disent prêts à donner de l’argent à la Fondation, « qui ne fonctionne que sur les dons et ne s’inscrit pas dans un modèle de profit mais bien d’entraide collaborative ». A l’opposé, des pays comme l’Inde répondent favorablement à 42% à ces demandes de dons : idem pour l’Egypte et les Etats-Unis ! Il est possible que l’on se mette à aimer payer pour ce qui en vaut la peine en France. C’est une question d’économie, de culture et de réalisme…mais pas seulement.

6. La méditation à l’école
Alors que les études se multiplient prouvant les bienfaits à long terme de la méditation sur la santé, le bien-être et la capacité de concentration, la France tarde toujours à embrasser le mouvement. Aux Etats-Unis, au Canada comme en Europe du nord, des méthodes de méditation adaptées à l’enfant sont mises en place dans certaines classes depuis 2009. Mais en France, les pouvoirs publics demeurent sceptiques par rapport à ces pratiques. Avis aux lanceurs d’alerte !

7. Les livres en libre service
Au Danemark et en Angleterre, au Québec et au Canada – et de manière générale dans tous les pays où il fait froid -, la pratique de la bibliothèque publique et ouverte tard est courante. Le « swapping », l’échange de livre est courant : on prend un livre, on le remplace par un autre. Les livres passent de main en main. Les bons livres ont ainsi plusieurs vies ! Mais en France, pour l’instant, ça n’a pas pris. Alors, je vous le dis, pour ce changement comptez sur moi – et contactez-moi, je vous aiderai à adopter une boîte à livres et alimenter le partage. Et vous verrez, un jour en France : chaque enfant aura un livre à lui, chez lui.

8. Le tri sélectif
Plus de la moitié des Français affirment ne pas trier systématiquement leurs déchets. La mise en place du tri sélectif en France datant du tout début des années 2000, nous devrions avoir fini notre « phase d’adaptation » et atteindre la majorité ; alors, en 2018, nous ferons mieux !

* Conclusion (de Paul Ricoeur dans : Plaidoyer pour l’utopie ecclésiale, Labor et Fides, 2016) :
“Pour moi, la première manière de rendre raison de ma profession de foi, c’est donc, d’une manière encore extérieure, de montrer la nécessité pour nos sociétés modernes d’une tension, d’une dialectique sans fin, entre l’exigence utopique et l’optimum raisonnable d’une action économique, sociale et politique. Viser plus, demander plus. C’est cela l’espoir : il attend toujours plus que l’effectuable ; nous sommes dépositaires du surplus de l’espoir sur la prospective. En quoi est-il besoin de chrétiens pour cet office ? Je ne nie pas que d’autres puissent exercer cette pesée aussi. Je dis que le chrétien a des raisons spécifiques pour le faire : l’annonce de la mort et de la résurrection du Christ, c’est pour lui la lecture d’un chiffre de l’histoire où est attesté le surplus du sens sur le non-sens. Dans le langage de Saint Paul: là où le péché a abondé, la grâce surabonde. Être chrétien, c’est déchiffrer les signes de cette surabondance, dans l’ordre même où l’humanité exprime son dessein. Le chrétien, c’est l’adversaire de l’absurde, le prophète du sens.
Non par volonté désespérée, mais par reconnaissance que ce sens à été attesté dans les événements que l’Ecriture proclame. Mais ce sens, le chrétien n’a jamais fini de le détailler.”

Share This