Recherche innovation

Culture Société

Actualités

Galeries

Vie Spiritualité

Qui sommes nous ?
Sélectionner une page

Au début du partage il est important de préciser que l’expérience de chacun est apportée en complément des uns et des autres, non en opposition. La richesse de ce petit groupe dépend effectivement de l’état d’esprit avec lequel on y participe.

Les partages/témoignages suivants retracent ce que chacun d’entre nous peut dire de cette présence de Dieu dans sa vie. Pour la facilité du compte-rendu, j’emploierai le « nous » plus collectif, intégrant ainsi les différentes expériences dans son ensemble.

Dieu manifeste sa présence par les expériences suivantes:

– sa PAROLE en nous, que nous gardons précieusement sur le cœur et qui surgit juste au bon moment, comme une réponse adéquate à la question que nous nous posons.

– Quand nous recevons son PARDON et que nous nous sentons physiquement pardonné, c’est à dire délivré du poids de la culpabilité. (Si quelqu’un pouvait ne pas comprendre, il suffirait d’évoquer l’image du prisonnier à qui on annonce qu’il est gracié !).

– Quand nous recevons son AMOUR, souvent presque simultanément au pardon, mais surtout grâce au pardon, nous avons la liberté de pouvoir répondre à son amour. Nous pouvons l’aimer d’un vrai sentiment d’amour.
Ici on évoque le sentiment amoureux comme comparaison. Pour préciser ce ressenti, on compare le sentiment amoureux dirigé sur la personne comme un peu réducteur car centré sur une seule personne. Le sentiment d’amour en réponse à l’amour de Dieu semble plus large vécu comme une ouverture vers les autres.

– Par la JOIE qu’il nous donne : se sentir soudain joyeux même si les circonstances n’ont pas bougé. Un peu comme si l’on changeait sa paire de lunettes. Cette joie s’inscrit presque comme une conséquence du précédent partage car en effet après avoir senti cette libération du pardon de Dieu, son amour pour chacun de nous, alors la joie arrive presque naturellement.

– Dans ce processus, nous débouchons sur le sentiment de RECONNAISSANCE : nous nous sentons comblés sans avoir rien fait de spécial, gratuitement…

– Le sentiment « intuitif » d’avoir un AVENIR « PROMETTEUR »……..

– Ne plus se sentir seul

– Et même au « désert », sans aucun ressenti IL EST PRESENT.

Dieu manifeste sa présence parfois par des expériences « surnaturelles ».

Chacun ici évoque des moments forts gravés dans la mémoire. Ces expériences pouvant aller d’un sentiment de paix extraordinaire s’étalant sur 3 mois, à une apparition de Jésus et de Marie….Ou alors, la main de Jésus posé sur son épaule, l’apparition d’une grand’mère avec un grand sourire, le regard de Dieu descendant comme une torche lumineuse, l’étrange légèreté éprouvée après la confession, le compagnonnage avec Jésus le confident de tous les instants et la joie qui en découle pouvant aller jusqu’à une sorte d’illumination. Certains moments particuliers où nous nous sentons portés….L’onction spéciale dans des moments de louange, ou de témoignage..

Dieu manifeste sa présence au travers des :

– Expériences de tous les jours, comme des signes visibles de sa présence. (Réponse à la prière, pour l’immensité et la variété de nos besoins)

– Les livres et les rencontres qui arrivent juste au bon moment…

Suivant la compréhension que nous avons acquise au cours de notre cheminement avec Dieu, la présence de Dieu nous arrive parfois d’une manière occasionnelle, au travers d’expériences plus ou moins « fortes » comme nous l’avons retracé précédemment, mais elle peut aussi se manifester de manière continue dans une harmonisation de notre vie, comme le partage notre sœur Odile Hassenforder dans le récit suivant :

Quand tout s’agence :

« Dernièrement, je visitais une exposition dans une ancienne grange-relais de diligences du temps jadis. J’ai été frappée par le regard lumineux de notre hôtesse. Elle nous expliqua comment, avec son mari, elle avait réparé et parfois reconstruit le bâtiment. Elle nous raconta l’histoire de quelques poutres. Celle-ci était arrivée et avait trouvé sa place juste au moment voulu. Celle-là avait pris sa place à la bonne dimension. Une troisième, provenant de la destruction d’une maison ancienne, avait été mise de côté pour être utilisée au bon moment.

Ainsi au long des années, ce magnifique bâtiment avait pris forme. Toute cette aventure avait été et est encore pour elle une source de joie. Elle nous exprima cette joie débordante avec une profonde reconnaissance pour les bienfaits qu’elle avait reçus. Elle témoignait, sans la nommer, d’une présence supérieure. Au cours des années, tout s’était mis en place à travers des événements appropriés. C’était un mouvement de vie dans lequel elle s’inscrivait. Dans le même état d’esprit, en traversant son jardin, elle nous partagea son émerveillement devant tel splendide rosier qu’elle avait changé de place parce qu’il végétait. Plus loin, un rosier grimpant prenait racine dans un sol de briques ; il avait du trouver le chemin d’un interstice pour pénétrer dans une terre fertile.

Au fur et à mesure de la visite, je me laissais imprégner par la joie profonde que suscite la reconnaissance pour l’harmonie de la vie perçue par delà le visible. Comment nommer cette harmonie de vie ? Le mot : « Providence » me vient à l’esprit. Ce mot est peu employé aujourd’hui, et, pour certains, il a un caractère désuet. Selon le dictionnaire, il vient d’un mot latin qui signifie : « pourvoir ». « Il s’agit de la sage conduite de Dieu dans la création et les événements ». Par extension « Etre la providence de quelqu’un, c’est être la cause de son bonheur, combler ses désirs, veiller sur elle avec sollicitude ». Dans la Bible, Dieu pourvoit à tous les besoins de ceux qui se confient en Lui (1).

Ainsi je peux vivre la présence de Dieu non seulement en constatant son œuvre, mais aussi plus profondément en y collaborant. Etre attentive, accueillir ce qui m’est offert ou proposé, me laisser inspirer pour trouver la place juste au moment voulu… Une telle attitude suscite une joie qui dilate le cœur aux dimensions de l’univers que Dieu tient dans sa main avec sollicitude et bonté. « En Lui, j’ai la vie, le mouvement et l’être » (2).

Bien sûr, il y a des malheurs dans ce monde, mais il y a toujours des jardins avec des roses. Ces jardins sont une porte vers la vie.

(1) Epître aux Philippiens Chapître 4 v19
(2) Livre des Actes Chapître 17 v28

La prochaine réunion aura lieu le SAMEDI 11 SEPTEMBRE 2004 à 17 heures
Pour l’année prochaine les réunions auront lieu régulièrement une fois par mois chaque 2ème SAMEDI du mois à 17 heures suivie ou non d’une collation .