Recherche innovation

Culture Société

Actualités

Galeries

Vie Spiritualité

Qui sommes nous ?
Sélectionner une page

Dès 1996, Témoins a fait connaître le succès remporté par les cours Alpha en Grande-Bretagne (1). Cette introduction à la foi, à travers un enseignement de base fondé sur la Bible et présenté en une dizaine de séances dans une atmosphère conviviale, s’est répandue très rapidement : 5 cours en 1992, plus de 7000 aujourd’hui, dans le Royaume Uni. La formule se développe aujourd’hui dans beaucoup d’autres pays, 17000 cours dans le monde en l’an 2000. La production d’un matériel pédagogique accompagne cet essor fulgurant qui déjoue les barrières confessionnelles.
“Inventée” dans une église anglicane d’inspiration évangélique et charismatique, la formule du cours Alpha a très vite été adoptée par des églises de différentes dénominations. Dans les dernières années de la décennie, l’univers catholique s’est ouvert massivement à la mouvance Alpha, particulièrement dans le monde anglo-saxon.
Aujourd’hui, les cours Alpha pénètrent en France. À la suite de Jeunesse en Mission (Suisse), une agence française a pris la relève (2). L’action d’un couple français, Marc et Florence de Leyritz (3), a largement contribué à susciter un climat favorable dans l’institution catholique. Plusieurs communautés, Chemin Neuf (4), Emmanuel, Saint Jean se sont engagées en faveur des cours Alpha. Le mouvement se poursuit dans différentes églises protestantes. Aujourd’hui, 130 cours Alpha sont recensés en France.

Pourquoi un tel essor?

Comment expliquer une progression aussi rapide? La réponse est spirituelle. À travers sa grâce, Dieu suscite un processus où la Parole de Dieu touche les esprits. La référence à l’action de l’Esprit Saint, dans un temps privilégié, lui donne une opportunité de se manifester avec force. Les témoignages publiés dans “Alpha News” (5) rendent compte de conversions émouvantes, parfois même spectaculaires. Cependant, cette action divine se manifeste à travers un ensemble de dispositions qui ont permis au message d’être entendu dans la société d’aujourd’hui. La convivialité est une caractéristique majeure et elle s’accompagne de respect. Dans les cours Alpha, les repas en commun jouent un rôle important. Après l’exposé, un temps est donné pour des échanges. Cette informalité correspond à l’esprit du temps. Dans leur annonce de l’Évangile, les cours eux-mêmes sont ouverts à l’expérience et ils accordent une place importante à la pratique. Concrètement, comment vivre en chrétien? En allant à l’Essentiel de la Foi dans ses fondements bibliques, reçu en conséquence dans une dynamique œcuménique, les cours développent une ouverture qui rompt avec les représentations doctrinaires. Les cours Alpha apparaissent ainsi comme pertinents (“relevant”) en phase avec les préoccupations des participants. La “culture Alpha”, définie par les caractéristiques précédemment évoquées, est elle-même en phase avec la culture d’aujourd’hui qui valorise l’autonomie croyante (10) et le besoin d’échanges.

La culture Alpha en situation

Si on entre dans cette approche “culturaliste” (6) du phénomène, on peut ouvrir une réflexion sur les enseignements qui peuvent être retirés et sur l’avenir du processus. Dans beaucoup de pays, la pratique religieuse décroît. Cette évolution peut être interprétée comme la conséquence d’un écart entre les aspirations spirituelles et la culture religieuse des institutions. Cette interprétation est courante en Angleterre et elle apparaît dans les déclarations de responsables d’églises. À la tête de l’église anglicane, Georges Carey n’hésite pas à déclarer que la réussite d’Alpha tient dans sa capacité à “réaliser un pont au-dessus du gouffre entre l’église et la société” (7).
Dans le contexte du déclin de la pratique religieuse, quelle est l’influence d’Alpha? Une enquête vient d’être réalisée à ce sujet en Grande-Bretagne (8). Lorsqu’on considère les églises qui ont mené un cours Alpha au moins trois fois, on constate qu’elles ont plus de chance de grandir et une probabilité moindre de se rétrécir. Une sur quatre églises Alpha grandit comparée avec une sur cinq églises non Alpha. Ainsi le processus Alpha a une influence significative, mais il ne suffit pas à lui seul. Dans les questions qui en résultent, on peut se demander si le changement de la culture religieuse accepté et mis en œuvre dans les églises est suffisant pour tirer tout le profit qu’elles pourraient attendre d’Alpha. Bien sûr, les communautés qui adoptent Alpha sont naturellement plus dynamiques et donc plus à même d’espérer des changements. Elles sont également en situation de mobiliser leurs membres. Cependant, l’enquête montre que, dans nombre d’églises, le processus Alpha ne suffit pas à inverser la tendance au déclin. Les organisateurs Alpha ont eu le courage d’interpeller les églises sur le problème du changement en réalisant une vidéo sur ce thème (9). On peut se poser également la question du contenu des compléments apportés au cours Alpha dans certaines églises et se demander s’ils sont en phase avec la culture Alpha.

Aujourd’hui, l’expansion des cours Alpha, spectaculaire dans l’univers anglo-saxon, se développe maintenant dans d’autres pays. Saluons le processus en cours aujourd’hui en France dans toute une gamme de paroisses et d’assemblées. Déjà, la sociologue Danièle Hervieu-Léger avait montré l’importance de la recherche de sens dans les sociétés actuelles (10 ).
La réussite du processus Alpha montre que, dans certaines conditions, l’annonce de l’Évangile peut répondre au potentiel des aspirations spirituelles et entraîner une forte réponse. Ce processus se développe dans une culture nouvelle. D’une certaine façon, cette culture nouvelle, pourquoi ne pas la nommer la culture Alpha?, Elle ne porte pas seulement l’évangélisation. Elle interpelle aussi les églises en les invitant au changement. Voilà donc une dynamique qui appelle reconnaissance, discernement et prière.

Jean Hassenforder

Notes

(1) Témoins, n° 119, oct. 1996, p. 22.
(2) Cours Alpha France, BP 18, 78780 Maurecourt. Tél.:01.39.70.51.14.
E-mail: contact@alpha-france.org.
Cette agence très active fait connaître les cours Alpha et diffuse les ressources: livres, vidéos.
Merci à Marie Chevrant-Breton pour son accueil et pour la revue de presse qu’elle nous a communiquée.
(3) We are seeing God at work in France. Alpha News, n° 21, avril 2000, p. 6-7.
(4) En France, la paroisse Saint Denys de la Chapelle animée par le Chemin Neuf a été la première paroisse catholique à donner le cours (Cf. Témoins, n°130, p. 13).
Jean Hubert Thieffry, curé de cette paroisse, a publié un article sur cette initiative dans: Christus, avril 2001, p. 230-235.
(5) Alpha News est publié trois fois par an par le Centre international Alpha: Holy Trinity Brompton, Brompton Road, London SW7 1JA. Tél.:44.20.75.81.82.55. Site internet: www.alpha.org.uk
Des vies changées. Un formidable dynamisme: Alpha va donner lieu à 10 émissions de télévision en Grande-Bretagne.
(6) “La culture est médiation entre les individus qui composent un groupe. Mais la culture est aussi médiation entre l’individu et son expérience” (Antoine Prost, dans Pour une histoire culturelle, Seuil 1997, p. 144).
“La tâche du culturalisme est double. D’un point de vue “macro”, il considère la culture comme un système de valeurs, d’échanges, d’occasions, de pouvoirs… D’un point de vue “micro”, il étudie comment les exigences d’un système culturel affectent ceux qui doivent évoluer dans ce système”. (Jérôme Bruner. L’éducation, entrée dans la culture. Retz, 1996, p. 27).
À partir de l’analyse des contenus, des modes de relation et de communication, on peut considérer qu’il existe une culture chrétienne Alpha commune à ceux qui développent le cours ou y participent.
(7) Archbishop tells 10000 leading evangelists of “Alpha revolution”. Alpha News international, n° 24, déc. 2000, p. 1 et 4. “Beaucoup de gens en dehors de l’église sont rebutés par la religion institutionnelle… Alpha s’inscrit avec bonheur dans la culture du monde moderne…”
(8) Bob Jackson, Robert Warren, The facts what our research revealed. Alpha News UK, n° 24, p. 4. Saluons cet esprit de recherche et d’évaluation.
(9) Nous remercions Pete Bellinger, assistant pastoral auprès de Nicky Gumbel, “l’inventeur” des cours Alpha, pour l’envoi de la vidéo “Integrating Alpha into the church” en réponse à nos questions.
L’intervenant Sandy Millar y raconte comment il a pris conscience que beaucoup d’habitudes faisaient barrage à l’entrée de nouveaux arrivants, en particulier les jeunes étrangers à cette culture. Anne-Marie Laidet commente cette vidéo dans l’article ci-aprpès.
(10) Cf. Danièle Hervieu-Léger: L’autonomie croyante. Questions pour les églises. Témoins, n° 134, Mars 2001, p. 12-13.

Quelle église pour les nouveaux chrétiens?
Après avoir suivi les cours Alpha, les nouveaux nés dans la foi poussent les églises à se mettre en question et souvent à changer leurs habitudes. Le révérend Sandy Millar de l’église Holy Trinity à Brompton en Angleterre précise dans la vidéo* intitulée “Comment intégrer Alpha dans l’église?” qu’il est impossible au Chrétien de rester seul dans la nature, il lui est indispensable de rejoindre une église. Reste à examiner dans quel genre d’église nous les intégrons. Les pratiques traditionnelles sont parfois bien différentes de ce qu’attendent ceux qui sont fort éloignés de tout concept religieux.

Retournons aux sources. Quel genre d’église Jésus recommande-t-il? Une église généreuse et aimante, une église d’adorateurs et de serviteurs car l’Église est l’épouse du Christ.
Que veulent ceux qui entrent dans une église pour la première fois? Ils veulent savoir si Dieu existe vraiment, s’Il est vivant. D’où la recherche de fraîcheur, de spontanéité, de liberté en liturgie afin que nous ayons tous l’occasion de dire à Dieu combien nous L’aimons.
Mais tout changement prend du temps et a besoin d’être expliqué et sous-tendu par un objectif pour l’église. Jeunes et anciens doivent collaborer, unis par le réel désir de faire entrer les autres dans le Royaume de Dieu et soutenus par une intercession mutuelle.
Reste à supprimer le rigide, le hiérarchique, le non-pratique et par dessus tout en étant obéissant à l’Esprit. Dans ce processus de changement, la bonne nouvelle est que Jésus intercède pour nous et comme dit le révérend Sandy Millar avec beaucoup d’humour, la mauvaise nouvelle est que nous allons à coup sûr avoir besoin de Son intercession!

Anne-Marie Laidet

* Integrating Alpha into the church. Vidéo de 45 minutes filmée à Londres dans une conférence Alpha en 1998. Sandy Millar est pasteur à Holly Trinity Brompton. Contact: Alpha Office, Holly Trinity Brompton, Brompton Road, London SW7 1JA.

Références: Témoins, n°136, septembre octobre 2001